logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.06.2022 à 11 H 13 • Mis à jour le 05.06.2022 à 11 H 13
Par
Maroc-Espagne

Installation de fermes piscicoles aux Îles Zaffarines: le Parti populaire dépose plainte

Après un an de protestation contre le projet piscicole de la part de l’Espagne, une plainte du Parti populaire (PP) a été déposée vendredi devant le procureur général de l’État et dénonce la mise en place de ces dernières dans les eaux espagnoles par le Maroc comme étant un crime environnemental et contre les ressources naturelles. Dans un document faisant 14 pages, le PP maintient que ces piscines, situées près des îles Zaffarines, représentent un danger sur l’environnement étant donné que leur exploitation « affecte l’écosystème marin ».


Le parti prévoit également de dénoncer la passivité de l’Exécutif dans cette affaire lors de la comparution de Pedro Sanchez devant le Congrès le 8 juin comme le rapporte El Confidencial. Un dossier sur la société espagnole Delta Aqua Redes, filiale du groupe norvégien Morenot, spécialisée dans la pisciculture et qui a fourni et installé les cages pour une société marocaine a également été ouvert par le ministère des transports espagnol. Elle dispose de 20 jours pour retirer les cages si elle ne veut pas risquer de sanctions. En janvier dernier, l’Espagne menaçait déjà de mobiliser sa marine à Melilla afin de dissuader le Maroc de ces projets piscicoles.


D’après la même source, la plainte a une portée politique évidente. En le formulant, le PP tente de faire pression sur le gouvernement pour qu'il démantèle une fois pour toutes cette installation qui a commencé à être placée il y a un an et qui s'est achevée au début de l'automne dernier.


©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct