En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.05.2019 à 17 H 02 • Mis à jour le 15.05.2019 à 17 H 02
Par
Hirak

La militante rifaine Nawal Benaissa a fui le Maroc pour l’exil aux Pays-Bas

Se disant persécutée au Maroc pour son implication dans le Hirak du Rif, Nawal Benaissa a demandé dernièrement l’asile politique aux Pays-Bas. Selon des déclarations faites à l’agence EFE, la militante rifaine a quitté le Maroc de manière clandestine, le 25 avril dernier, en compagnie de son fils Yanis âgé de 5 ans.


Sa « fuite » s’est faite à travers Ceuta (Sebta), puis à destination de Madrid, pour finir aux Pays-Bas, détaille-t-elle, sans donner plus de précisions à EFE. Dans une communication téléphonique avec l’agence de presse espagnole, l’activiste affirme avoir demandé l’asile aux Pays-Bas, la justifiant par « sa persécution au Maroc dont la menace permanente de prison », dont elle serait la victime.


Le 12 avril dernier, la jeune femme avait été interdite de quitter le territoire par voie aérienne, alors qu’elle comptait se rendre justement aux Pays-Bas pour participer à une conférence sur la justice sociale. Dans une note publiée en début d’année, l’ONG Amnesty International avait dénoncé « un harcèlement des autorités à l’encontre plusieurs figures du Hirak », dont notamment Nawal Benaissa arrêtée puis relâchée à maintes reprises par la police entre juin et septembre 2017.


Nawal Benaissa n’est pas la première à demander l’asile politique en Europe. L’avocat du Hirak Abdessadek El Bouchtaoui avait réussi à obtenir l’asile en France. Achraf Idrissi, 23 ans, avait quant à lui obtenu la protection de la Belgique alors qu’il était sous mandat d’arrêt. D’autres militants ont choisi la voie de la clandestinité, en essayent de rejoindre les terres européennes via des embarquements de fortune.

Revenir au direct