S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.03.2024 à 03 H 26 • Mis à jour le 02.03.2024 à 03 H 26 • Temps de lecture : 4 minutes
Par
Géophysique

Lancement à Rabat du projet « Renforcement de la résilience du Maroc aux séismes »

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation et le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST) ont lancé, vendredi à Rabat, le projet intitulé « Renforcement de la résilience du Maroc aux séismes », destiné à consolider les réseaux de surveillance sismique et les capacités des intervenants dans ce domaine.


Initié en partenariat avec l’UNESCO, ce projet, qui sera mis en œuvre par le CNRST à travers sa division Institut National de Géophysique (ING), vise à "renforcer davantage les réseaux de surveillance sismique et les capacités des cadres marocains en sismologie, à évaluer les systèmes d’alerte précoce, et à identifier les besoins pour l’extension géographique ainsi que les lacunes opérationnelles et techniques".


Le projet, financé par le Japon à hauteur de 9 millions de dirhams, intervient en réponse aux contraintes constatées lors du séisme d’Al Haouz, et qui ont démontré la nécessité d’approfondir les connaissances sur les séismes et de prospecter les meilleures stratégies de nature à renforcer la résilience du Maroc pour faire face à de telles catastrophes, précise le CNRST dans un communiqué.


Dans une allocution à cette occasion, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Abdellatif Miraoui, a indiqué que lancement de ce projet s’aligne sur les orientations stratégiques du Plan d’accélération de la transformation de l’écosystème d’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (PACTE ESRI 2030), visant, entre autres, à asseoir le socle d’une recherche scientifique d’excellence répondant aux priorités nationales et mobilisant le potentiel de la coopération internationale.


Cette collaboration entre le Maroc et le Japon dans le domaine de la sismologie s’annonce prometteuse, offrant l’opportunité de tirer parti de l'expertise et de l'excellence reconnues mondialement du Japon en matière d’avancées scientifiques et d'innovations technologiques, a-t-il fait observer, précisant qu’elle bénéficiera également de l’apport précieux de la communauté scientifique marocaine spécialisée en sismologie et géophysique.


« Notre pays dispose d'un riche potentiel scientifique à la faveur de deux instituts publics de recherche et de 21 structures de recherche universitaires dédiées à la géophysique et aux géosciences », a-t-il relevé, notant que cet écosystème offre d'abondantes possibilités de coopération et d'échanges enrichissants avec des partenaires internationaux, ouvrant la voie à des progrès significatifs dans la compréhension et la gestion des phénomènes sismiques.


De son côté, la directrice du CNRST, Jamila El Alami, a mis en avant l'expertise marocaine en matière de gestion des effets des séismes, rappelant que le Royaume dispose d'un système de surveillance et d'alerte sismiques déployé à l'échelle nationale, piloté par le CNRST à travers sa division ING. De même, un projet est en cours de réalisation avec l’UNESCO sur l’impact des tsunamis sur les côtes marocaines dans le cadre du programme Tsunami Ready, a-t-elle indiqué.


Elle a, dans ce sens, relevé que le CNRST est devenu un leader national en la matière à travers d’importantes activités majeures portant sur la veille, la recherche, la formation, la sensibilisation et la diffusion des connaissances en termes d'évaluation et de prévention des risques sismiques, appelant au renforcement de la coopération, tant au niveau national qu’international, afin de consolider davantage le secteur de la géophysique et de la sismologie au Maroc.


Pour sa part, l'ambassadeur du Japon au Maroc, Kuramitsu Hideaki, a indiqué que ce projet aspire à renforcer le réseau national d'évaluation sismique ainsi que les capacités de réponse antisismique des autorités locales, faisant remarquer que son pays a décidé d'apporter son soutien au Maroc en octroyant une enveloppe de 9 millions de dirhams à l'UNESCO dans le cadre de ce projet.


Il a saisi, cette occasion, pour saluer les efforts entrepris par les autorités marocaines dans le cadre de la gestion du séisme d'Al Haouz, précisant que « le Japon, pays où de puissantes répliques sismiques se produisent sans cesse, est conscient des ravages provoqués par les tremblements de terre ».


Quant au directeur et représentant de l’UNESCO pour le Maghreb, Eric Falt, il a fait remarquer que ce projet, dont la réalisation sera étalée sur une année en étroite coordination avec les institutions nationales, s’inscrit dans la continuité de l’appui apporté par l’Organisation au Maroc dans le domaine de la réduction des risques liés aux séismes et aux tsunamis, et témoigne de l'engagement de l'UNESCO à œuvrer de concert avec les acteurs locaux.


Le projet a pour vocation d’aider le Maroc à mieux appréhender les risques sismiques et à s’y préparer convenablement à travers la mise en place des initiatives de sensibilisation et d'éducation, visant à informer et à préparer les populations aux risques encourus, a-t-il affirmé, ajoutant qu’il vise également à renforcer le réseau national de surveillance des tremblements de terre et à élever le niveau des compétences des professionnels marocains en sismologie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct