En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.10.2021 à 16 H 27 • Mis à jour le 25.10.2021 à 16 H 27
Par
Trafic

Le baron français de la drogue Sofiane Hambli arrêté dans une clinique à Tanger

En cavale depuis mars dernier, le trafiquant français Sofiane Hambli a été arrêté vendredi dans une clinique de Tanger, où il a été admis après avoir été agressé à l’arme blanche dans les rues de la ville, apprend-on ce lundi de sources policière proches du dossier dans un communiqué relayé par l’AFP.


Selon la même source, le Français d’origine algérienne, âgé de 46 ans, s’est présenté à la clinique avec de faux papiers allemands « avec une plaie de 20 centimètres à la joue  », causée par « un sabre ou une machette ».  Son pronostic vital serait encore réservé : « le suspect blessé subit actuellement les soins nécessaires à l’hôpital, dans l’attente de l’enquête judiciaire qui sera menée », précise le communiqué.


De son côté, la Direction Générale de la Sûreté Nationale marocaine (DGSN) avait annoncé samedi via un  communiqué avoir arrêté « un ressortissant français d’origine algérienne, pour son implication présumée dans le trafic international de drogue », sans toutefois préciser son identité.


Né à Mulhouse en France, Sofiane Hambli est un personnage central du scandale de l’importation de 7 tonnes de cannabis en France en 2015, qui avait abouti à l’éviction de l’ex-patron français de la lutte antidrogue, François Thierry. Il était recherché depuis le mois de mars dans le cadre d’une autre affaire d’importation de stupéfiants, et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par les autorités judiciaires françaises en juin 2021 pour trafic international de drogue, blanchiment d’argent et commissions d’agressions physiques graves.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct