En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.08.2021 à 13 H 53 • Mis à jour le 15.08.2021 à 13 H 53
Par
Espagne

Le maire de Madrid tacle Pedro Sánchez sur l’expulsion des mineurs marocains de Sebta

Le maire de Madrid et porte-parole national du Parti Populaire espagnol, José Luis Martínez-Almeida, a recommandé ce dimanche au président du gouvernement, Pedro Sánchez, de ne pas passer « d’un extrême à l’autre » en matière d’immigration et de se conformer strictement aux lois relatives au retour au Maroc des mineurs de Sebta (Ceuta), rapporte l’agence EFE.


« Ce que je dirais au gouvernement, c’est que vous ne pouvez pas passer d’un extrême à l’autre, si vous respectez la loi, vous garantirez le succès dans les décisions que vous prendrez », a déclaré le maire de Madrid au sujet du rapatriement controversé des mineurs marocains de Sebta au Maroc.


Lorsqu’on lui a demandé ce que ferait le PP dans cette situation, le porte-parole national du parti de droite a répondu : « Se conformer à la loi, ce que le gouvernement doit faire ».


Avec ces mots, Almeida a attiré l’attention sur ce qui, à son avis, est une approche contradictoire de Sánchez, qui, dix jours après être devenu président, a autorisé le débarquement à Valence d’un navire avec plus de 600 immigrants et maintenant, trois ans plus tard, il expulse des mineurs au Maroc.


Le ministère des Droits sociaux et de l’Agenda 2030, dirigé par le leader de Podemos, Ione Belarra, a averti dans une lettre envoyée à l’Intérieur que le retour de mineurs au Maroc pourrait impliquer « une violation des droits des filles et garçons étrangers en Espagne », un sujet qu’il juge « très sérieux ».


Pour Almeida, Sánchez a dit et fait en matière d’immigration « une chose et son contraire ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct