logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.08.2022 à 18 H 53 • Mis à jour le 22.08.2022 à 18 H 58 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Fraude

Le patron du CMI alerte sur une arnaque aux visas Schengen

Visa Schengen

Dans le sillage de la crise des visas au Maroc, le directeur général du Centre Monétique Interbancaire (CMI) Ismail Bellali avertit à travers un post sur LinkedIn d’une arnaque aux visas Schengen, particulièrement au niveau des centres de demande de visa pour l’Espagne (BLS) et la France (TLS).


Alors que plusieurs personnes se voient refuser la demande de visa Schengen, certaines ne réussissent même pas à obtenir un rendez-vous pour pouvoir déposer leur demande. L’obtention de rendez-vous dans ce contexte de crise est devenue une entreprise difficile, et certaines personnes malhonnêtes profitent de la détresse des demandeurs de visas pour les arnaquer.


Face à une multiplication du nombre de victimes, le patron du CMI alerte sur l’activité de certains escrocs qui proposent leurs services sur les réseaux sociaux où ils prétendent revendre au noir des rendez-vous proches pour le dépôt du dossier de visa.


Les escrocs demandent à leurs victimes de procéder au paiement des frais par carte bancaire et la victime, mise en confiance, communique à son potentiel revendeur les informations de sa carte, rapporte Bellali. La victime reçoit ensuite de sa banque le code SMS de validation du paiement qu'elle communique à l'escroc, et l'opération de paiement est validée. Ces mêmes escrocs vont jusqu’à recommencer l’opération deux ou trois fois avec la même victime, sous prétexte que le premier paiement a échoué, poursuit-il.


Au niveau des commentaires, un citoyen s’identifie à cette situation relayée tout en exprimant son mécontentement. Il raconte que l’escroc qui a voulu l’arnaquer est actuellement en prison et partage avec les internautes les étapes à suivre afin de porter plainte. Il insiste d’ailleurs sur la rapidité et la simplicité de la procédure afin d’encourager les citoyens à porter plainte.


« Il suffit de récupérer le numéro de CIN de l’escroc, porter plainte auprès de l’adjoint du procureur du roi avant d’être redirigé vers la brigade de cybercriminalité où il faudra porter plainte. Le lendemain l’escroc sera convoqué et tout cela se règle en une matinée », écrit-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct