logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.04.2022 à 13 H 20 • Mis à jour le 13.04.2022 à 13 H 20 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Maroc-Espagne

Le syndicat espagnol de la police dénonce le « manque de forces » pour la reprise maritime

Le syndicat Jupol, majoritaire au Conseil de Police espagnol, a exprimé sa « préoccupation » quant au «  manque de forces policières » suite à l'annonce de la réouverture de la liaison maritime entre le port d'Algésiras et le Maroc, apprend-on d'Europa Press.


Dans une note, Jupol rapporte les «  facteurs auxquels s'ajoute le manque de personnel subi par le poste de police d'Algésiras, qui est accentué à la frontière maritime, ce qui présage une situation chaotique dans le transit des passagers de la frontière ». 


Le syndicat précise que, la semaine dernière, « plus de 300 agents de la police nationale avaient demandé à quitter le Camp de Gibraltar, ce qui pourrait signifier que cet été, lorsque les agents quittent leur emploi, la situation de chaos à la frontière maritime entre Algésiras et le Maroc s'aggrave ». 


« Le manque d'incitations pour la police stationnée dans le Camp de Gibraltar, associé au surmenage de la main-d'œuvre, au manque de personnel et aux promesses non tenues par le gouvernement concernant le catalogage de la zone de singularité spéciale, fait du Camp de Gibraltar l'une des destinations à éviter par la police », fait savoir Jupol, en ajoutant que cette situation « ne fait que générer des problèmes dans les différentes unités, nuisant au travail de police et, par conséquent, dans les services de police que le citoyen reçoit ».


Le syndicat exhorte le ministère de l'Intérieur à « prendre des mesures en la matière une fois pour toutes, à revoir le catalogue des emplois du poste de police d'Algésiras pour son expansion et, de manière urgente et à titre exceptionnel, à créer un détachement pour la frontière maritime d'Algésiras », assurant qu'il n'y a « pas assez de personnel pour son fonctionnement normal, et encore moins pour les prévisions d'arrivées massive de passagers attendues pour les prochains jours ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct