logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.05.2022 à 20 H 59 • Mis à jour le 02.05.2022 à 20 H 59
Par
Energie

Les Russes désireux d’investir dans le projet de gazoduc Nigéria-Maroc

Le Nigeria et le Maroc sont toujours à la recherche financement d'un énorme projet de gazoduc qui vise à acheminer le gaz nigérian vers le royaume et les marchés européens, a déclaré lundi le ministre nigérian du pétrole.


Cet accord de coopération a été signé en 2018 entre le roi Mohammed VI et le président du Nigéria, Muhammadu Buhari.


Le ministre nigérian des ressources pétrolières, Timipre Sylva, a rappelé que le pipeline serait une extension d'une structure qui pompe du gaz du sud du Nigeria vers le Bénin, le Togo et le Ghana depuis 2010.


« Nous voulons continuer ce même pipeline jusqu'au Maroc le long de la côte. Pour l'instant, nous en sommes encore au niveau des études, et bien sûr, nous sommes au niveau de la sécurisation du financement de ce projet et beaucoup de gens manifestent leur intérêt », a déclaré le ministre.


« Les Russes étaient avec moi la semaine dernière, ils sont très désireux d'investir dans ce projet et il y a beaucoup d'autres personnes qui souhaitent également investir dans le projet », a révélé le ministre.


Toutefois aucun arrangement financier pour le pipeline, n’a encore été conclu, a-t-il nuancé.


« Il y a beaucoup d'intérêt international, d'intérêt d'investisseurs, pour le projet, mais nous n'avons pas vraiment identifié d'investisseurs avec lesquels nous voulons aller », a assuré Sylva.


Nadia Fettah Alaoui, ministre de l'Économie et des Finances, a signé vendredi dernier une documentation juridique relative au financement de la deuxième phase de l'étude d'avant-projet Front End Engineering Design (FEED), du gazoduc entre le Nigéria et le Maroc, avec Abdulhamid Al Khalifa, directeur général de l'OPEC Fund et Amina Benkhadra directrice générale de l'ONHYM, apprend-on d'un communiqué.


Cette étude, financée par un montant de 14,3 millions de dollars accordé par l'OPEC Fund à l'ONHYM, est co-financée par la Banque Islamique de développement (BID). Elle consiste à élaborer la documentation pour l'exécution du projet du gazoduc Nigéria-Maroc et à finaliser les analyses techniques, financières et juridiques concernées.


La première phase de l'ingénierie d'avant-projet du gazoduc avait été lancé en 2019.


Elle a été suivie par la deuxième phase de ces études lancée par l'ONHYM en août 2021, contrat remporté par WorleyParsons, un bureau australien d'études et de conseil en ingénierie, spécialisé dans les secteurs de l'énergie et de l'industrie.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct