logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.12.2021 à 12 H 03 • Mis à jour le 16.12.2021 à 22 H 46
Par
Justice

L’extradition de l’activiste ouïghour vers la Chine autorisée par le Maroc

La Cour de Cassation de Rabat a décidé, ce mercredi, d’autoriser l’extradition de l’activiste ouïghour vers la Chine. Yidiresi Aishan avait été accusé par Pékin d’appartenir à un groupe terroriste et donc arrêté à son arrivée au Maroc, en juillet dernier.


Âgé de 34 ans, l’activiste réfute ces accusations et « assure ne pas être retourné en Chine depuis 2012 », selon son avocat cité par l’AFP. Celui-ci ignore jusqu’à présent la date de l’extradition.


À son arrivée au Maroc en provenance de Turquie, Yidiresi Aishan, qui détient la nationalité chinoise, faisait l’objet d’une notice rouge d’Interpol émise à la demande de Pékin. Mais l’organisation internationale de coopération policière a «  depuis annulé la notice rouge émise dans le cadre de l’affaire le concernant, en se fondant sur de nouvelles informations reçues par son secrétariat  », selon Amnesty International.


« Selon le principe de non-refoulement, nul ne doit être renvoyé vers un pays où il courrait un risque réel d’être torturé ou soumis à d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ou à d’autres graves atteintes aux droits humains  », a écrit Amnesty dans un communiqué après son arrestation en juillet dernier.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct