En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.03.2021 à 14 H 37 • Mis à jour le 24.03.2021 à 14 H 52
Par
Sanction

Moncef Slaoui écarté de Galvani Bioelectronics suite à des plaintes pour harcèlement sexuel

Le chercheur belgo-marocain Moncef Slaoui a été écarté de sa position de président du Conseil d’administration de Galvani Bioelectronics, a annoncé ce mercredi le géant britannique de l’industrie pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), qui en détient la majorité des parts, et ce « avec effet immédiat ». Il sera remplacé par Christopher Corsico, senior vice-président de Galvani Bioelectronics.


« La résiliation vient à la suite de la réception d’une lettre contenant des allégations de harcèlement sexuel et de comportement inapproprié par Dr. Slaoui envers un employé de GSK, qui ont eu lieu il y a plusieurs années quand il était un employé de GSK », indique le communiqué de la firme britannique. Celle-ci ajoute que « les comportements de Dr. Slaoui sont complètement inacceptables » et qu’ils « représentent un abus de sa position de chef, violent la politique de l’entreprise et sont contraires aux fortes valeurs qui définissent la culture de GSK ».


Moncef Slaoui avait été désigné par l’ex-président américain Donald Trump pour mener l’opération de vaccination anti-Covid aux Etats-Unis, appelée « Warp Speed ». Il a démissionné le 12 janvier dernier. Sa mission avait été entachée par une enquête du Congrès d’un « contrat inhabituel » qui lui a permis de maintenir des investissements personnels et d’éviter de divulguer des informations éthiques sur ses participations dans des sociétés pharmaceutiques.

Par
Revenir au direct