En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.05.2019 à 21 H 07 • Mis à jour le 08.05.2019 à 21 H 07
Par
Etats-Unis

Nouvelles sanctions américaines contre le secteur minier et d’acier en Iran

Les Etats-Unis ont imposé mercredi de nouvelles sanctions contre le secteur minier et d’acier en Iran dans le cadre de la pression menée pour l’empêcher de se doter de l’arme nucléaire, affectant lourdement l’économie du pays et ses relations commerciales. Par décret, le président américain Donald Trump a décrété ces mesures ciblant « les secteurs iraniens du fer, de l’acier, de l’aluminium et du cuivre ».


« La politique des Etats-Unis consiste toujours à empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire et des missiles balistiques intercontinentaux, et à contrer l’ensemble de l’influence néfaste de l’Iran au Moyen-Orient », écrit le locataire de la Maison blanche. Dans un communiqué, Washington menace en outre d’imposer de nouvelles sanctions si Téhéran ne « change pas radicalement d’attitude ».


Il y a un an, les Etats-Unis se sont retirés de l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien au terme duquel Téhéran avait accepté de limiter drastiquement son programme nucléaire et s’est engagé à ne jamais chercher à se doter de l’arme atomique en contrepartie de la levée d’une partie des sanctions internationales.


La nouvelle vague de sanctions américaines intervient alors que les autorités iraniennes ont annoncé ce mercredi qu’ils arrêteront l’application de « certains » de leurs « engagements » pris dans le cadre de l’accord international.


L’Iran va cesser de limiter ses réserves d’eau lourde et d’uranium enrichi, revenant sur l’engagement qu’il avait pris dans l’accord conclu à Vienne en limitant drastiquement son programme nucléaire, a affirmé le Conseil suprême de la sécurité nationale (CSSN).


La décision a été notifiée officiellement en début de matinée, à Téhéran, aux ambassadeurs des pays encore parties à cet accord (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie).

Revenir au direct