En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.05.2021 à 00 H 00 • Mis à jour le 14.05.2021 à 00 H 06
Par
Science

Paléontologie: nouvelle découverte d’une espèce de lézards marins au Maroc

Une nouvelle espèce de lézards marins, ayant vécu durant le Crétacé, a été découverte au Maroc, d’après une étude publiée dans la revue Cretaceous Research. L’équipe, soutenue au Maroc par le Muséum d’histoire naturelle relevant du département de géologie de l’Université Cadi Ayyad à Marrakech mais aussi par l’OCP, lève le voile sur les mosasauridés (Mosasauridae), une espèce de lézards marins qui ont évolué et rayonné au Crétacé supérieur, précise le résumé de l’étude, ajoutant que leur diversité a culminé dans le Maastrichtien, au Maroc. Une découverte à laquelle ont collaboré trois Marocains (Fatima Khaldoune (OCP), Ousssama Khadiri Yazami (OCP) et Nour-Eddine Jalil (Sorbonne/Université de Cadi Ayyad).


L’espèce en question a été baptisée Pluridens serpentis et a pu être décrite sur la base de deux crânes complets et des mâchoires retrouvés au Maroc. Le nom Pluridens a été retenu, en raison de la longueur des mâchoires du reptile, doté de près d’une centaine de petites dents acérées et lui permettant de chasser ses proies (des poissons et des calamars). Par rapport à d’autres espèces, le Pluridens serpentis a cependant de petits yeux, alors que son museau comporte des dizaines de trous pour les nerfs, renseignant sur la capacité de l’animal à chasser en détectant les mouvements de l’eau et les changements au niveau de la pression.


Le crâne bien conservé de Pluridens serpentis . Crédit: Longrich et al


« Habituellement, lorsque les animaux développent de petits yeux, c’est parce qu’ils dépendent davantage d’autres sens », a déclaré le Dr Nick Longrich, maître de conférences au Milner Center for Evolution de l’Université de Bath, qui a dirigé l’étude. Les mosasaures peuvent également avoir d’autres sens à leur disposition, rapportent des sites spécialisés. « S’il n’utilisait pas les yeux, il était très probable qu’il utilisait sa langue pour chasser, comme un serpent », avance Longrich.


Au sujet de la taille, cette nouvelle espèce découverte mesure près de 8 mètres, contrairement à d’autres lézards de la même famille des mosasaures. Avec cette découverte, le nombre de mosasaures retrouvés au Maroc et datant du dernier Crétacé est porté à 13. En janvier dernier, une autre espèce de lézard avait été découverte au Maroc, ayant vécu durant le Crétacé, il y a entre 72 et 66 millions d’années.


« La diversité de ces fossiles est tout simplement étonnante. Loin de décliner en diversité, les mosasaures semblent avoir atteint leur apogée juste avant leur extinction », affirme le directeur de l’étude, le docteur Longrich, poursuivant : « Nous ne voyons aucune preuve que ce groupe se débattait avant de disparaître. D’un point de vue évolutif, ils réussissaient, ils ont tout fait correctement, mais rien ne peut vous préparer à un astéroïde ».


Pour sa part, le paléontologue Nour Eddine Jalil a précisé que « Pluridens serpentis souligne l’importance du patrimoine paléontologique du Maroc pour aider à illustrer l’histoire de la vie ». « Les dernières découvertes montrent parfaitement que la liste des espèces présentes ici est loin d’être close et que l’avenir réserve encore de belles surprises et découvertes », a déclaré le Dr Nathalie Bardet, paléontologue au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.







©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct