En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.03.2021 à 09 H 10 • Mis à jour le 01.03.2021 à 09 H 11
Par
Logiciel-espion

Pegasus: l’Israélien NSO Group interrogé par le Département de la Justice américain

NSO Group semble faire face à un nouvel examen minutieux de la part du Département de la Justice américain (DoJ), rapporte ce 1er mars TheGuardian, par le biais de son envoyé spécial basé à Washington. Le site d’information britannique précise que les avocats du DoJ ont approché l’application de messagerie WhatsApp, lui posant des questions techniques sur le ciblage présumé de 1 400 de ses utilisateurs par des clients gouvernementaux du groupe NSO en 2019.


La même source précise que NSO Group a déjà fait l’objet d’une enquête du FBI au début de l’année de 2020. Si l’enquête du Bureau n’avait pas donnée suite, le DoJ a manifesté un regain d’intérêt récemment. L’entreprise israélienne, derrière le logiciel-espion Pegasus, est accusée par des organisations de droits humains d’avoir vendu son produit à des gouvernements qui l’ont utilisé pour cibler des journalistes, des opposants et des militants des droits humains. Pour sa part, NSO Group, sans fournir la liste de ses clients, précise que son logiciel est destiné à des fins de lutte contre la criminalité et le terrorisme.


Au Maroc, c’est le journaliste et militant des droits humains Omar Radi qui avait été au centre d’une enquête de Amnesty International et de Forbidden Stories où on rapportait que le journaliste avait été piraté par le logiciel-espion. De leur côté, les autorités marocaines avaient nié les accusations. D’autres journalistes et militants marocains avaient également annoncé avoir été victimes du même type de piratage.

Par
Revenir au direct