En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.07.2021 à 16 H 56 • Mis à jour le 28.07.2021 à 17 H 54
Par
Maroc-US

A Rabat, l’émissaire de Blinken assure que la position américaine sur le Sahara « n’a pas changé »

Joey Hood a néanmoins mis l'accent sur l'urgence de nommer un envoyé spécial de l'ONU pour le Sahara occidental

De visite ce mercredi à Rabat, le nouveau secrétaire d’Etat adjoint américain pour le Proche-Orient, Joey Hood, a rencontré le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Les deux diplomates ont parlé « de la manière avec laquelle, sous le leadership du roi Mohammed VI, nous renforçons le partenariat stratégique entre les États-Unis et le Maroc, alors que nous commémorons le bicentenaire de la première mission diplomatique américaine au Maroc, la délégation américaine à Tanger », a-t-il déclaré lors d’un point de presse au siège du MAE.


Joey Hood s’est également dit « enthousiaste » suite au vol commercial inaugural entre Tel Aviv et Marrakech. « Les États-Unis apprécient les initiatives marocaines pour améliorer les relations avec Israël. La relation Maroc-Israël aura des bénéfices à long-terme sur les deux pays », a-t-il assuré.


« Les États-Unis ont investi plus de 15 millions de dollars dans la réponse marocaine à la pandémie de Covid-10, en travaillant avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires à la sensibilisation sur les risques du virus, l’entraînement des personnels de santé, l’étude de l’efficacité des vaccins et la fourniture des équipements d’hygiène et de laboratoire », a ajouté le diplomate.


Interrogé sur la position de l’administration actuelle sur la question du Sahara, par rapport à sa prédécesseure, Joey Hood a répondu : « Il n’y a pas de changement. Là où vous pourriez voir un changement, c’est le niveau d’énergie et d’accent que nous mettons sur le soutien du processus onusien. Nous devons commencer par la nomination d’un envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU et le soutenir au maximum ».


Plusieurs noms de candidats à la succession de Horst Köhler, qui a démissionné en 2019 pour des « raisons de santé » depuis 2020, dont ceux de l’ancien premier ministre roumain Petre Roman, et celui de Staffan De Mistura, l’ancien médiateur de l’ONU en Syrie. Le premier avait été manifestement refusé par Tindouf pour son « tropisme marocain », tandis que le second avait été accepté par le Polisario, mais finalement rejeté par Rabat. D’après le SG de l’ONU, António Guterres, 13 noms ont été déjà proposés par son équipe, mais aucun « n’a obtenu le consensus des parties ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct