En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.05.2017 à 16 H 02 • Mis à jour le 30.05.2017 à 16 H 02
Par
Nations Unies

Réfugiés syriens à Figuig : le HCR demande à Rabat et Alger d’agir dans l’urgence

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, demande d’urgence un passage sûr et l’admission pour le groupe de Syriens confrontés à des conditions déplorables et bloqués à la frontière entre l’Algérie et le Maroc, annonce l’agence onusienne, citée par Yabiladi.


« Le HCR est profondément préoccupé par la détérioration rapide des conditions pour ce groupe de réfugiés syriens vulnérables, et a appelé aujourd’hui l’Algérie et le Maroc à répondre d’urgence aux besoins humanitaires, à faciliter l’accès pour ces réfugiés et à leur permettre de rejoindre un lieu sûr et/ou d’être réunis avec leurs familles », peut-on lire dans l’appel diffusé ce 30 mai.


Les deux gouvernements doivent agir rapidement pour faciliter le passage immédiat et sécurisé des quarante et un réfugiés syriens vulnérables –  dont des enfants, des bébés et des femmes, y compris au moins une femme enceinte ayant d’urgence besoin d’une césarienne. C’est une question de vie et de mort pour cette femme et son enfant à naître, explique l’agence.


De plus, l’ensemble de ce groupe de réfugiés est exposé aux éléments et à la menace sérieuse des scorpions et des serpents, très répandus dans cette région reculée. « Nous demandons à l’Algérie et au Maroc de travailler avec nous afin de faire cesser cette situation dangereuse et intenable pour ces réfugiés syriens désespérés et actuellement bloqués », poursuit le HCR.


Ce groupe de quarante-et-un réfugiés syriens est bloqué à la frontière entre l’Algérie et le Maroc depuis le 17 avril 2017. A la fois l’Algérie et le Maroc considèrent que ce groupe de Syriens se trouve hors de leurs territoires respectifs. Le HCR demande toutefois des mesures pour mettre le groupe en sécurité humanitaire et se tient prêt à offrir ses « bons offices » pour coordonner cette évacuation vitale.


« Il est urgent d’agir et nous appelons les deux gouvernements à prendre des mesures immédiates et constructives pour défendre les impératifs humanitaires internationaux et évacuer ce groupe vulnérable », conclut le HCR.

Par
Revenir au direct