En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.09.2017 à 01 H 45 • Mis à jour le 12.09.2017 à 01 H 50
Par
Festival

Tanjazz : polémique autour de la participation d’une chanteuse israélienne

La participation d’une chanteuse israélienne au festival de jazz Tanjazz de Tanger a conduit à une controverse parmi nombre de personnes qui craignant que sa présence soit considérée comme une normalisation des liens avec Israël, rapporte Al Arabiya.


Le festival, qui devrait être lancé cette semaine, a suscité des réactions de colère chez un grand nombre de Marocains qui ont appelé à l’annulation de la performance de Noam Vazana au festival musical.


La direction du festival a précisé que Vazana participera à un concert commun avec une chanteuse arabe nommée Tema vendredi prochain, dans le cadre d’un programme de rapprochement avec la Palestine.


Un certain nombre de Marocains ont dénoncé le concert prévu, notamment le militant des droits de l’Homme et ex-détenu politique Sion Assidon, qui a exprimé son point de vue sur les réseaux sociaux : « Noam Vazana, qui doit participer au festival de jazz, fait l’éloge de son service militaire dans l’armée de l’air israélienne et a dit auparavant qu’elle utilisait la musique pour promouvoir une image positive d’Israël ».

 

« Comment pouvons-nous organiser un concert pour cette chanteuse à Tanger, qui est une ville de multiculturalisme et de coexistence, alors qu’elle représente une culture du racisme contre les Palestiniens », a déclaré Assidon, ajoutant qu’elle était « réserviste de l’armée de l’air qui voulait servir son pays après que l’armée israélienne ait commis des crimes de guerre contre l’humanité dans les territoire palestiniens de Gaza, à Qana au Liban et ailleurs ? ».


L’activiste Iman Benaala a appelé tous les corps civils, étudiants et politiques de la ville de Tanger à agir ensemble afin d’annuler ce spectacle et d’arrêter ce qu’il décrit comme « une normalisation culturelle avec l’entité sioniste ».

Revenir au direct