logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.08.2021 à 12 H 08 • Mis à jour le 10.08.2021 à 23 H 03
Par
Diplomatie

Tebboune sur le Maroc et le Polisario: « S’ils veulent dialoguer en Algérie, ils sont les bienvenus »

Dix jours après la deuxième main tendue de Mohammed VI à l’Algérie, le président Abdelmadjid Tebboune a enfin réagi, lors d’une entrevue accordée ce 8 août à deux directeurs de médias algériens.


« Il n’y a pas eu de réponse de la part du Maroc au problème diplomatique actuel », a affirmé le président algérien, en réponse à une question au sujet de la réouverture des frontières terrestres avec le Maroc.


Interrogé sur le conflit du Sahara, Abdelmadjid Tebboune a déclaré que l’Algérie n’est qu’un « observateur » et que « cette affaire est entre les mains de l’ONU ». Et d’ajouter : « On peut les aider, s’ils veulent dialoguer en Algérie ils sont les bienvenus et le pays mettra à leurs dispositions tous les moyens dont il dispose pour régler ce conflit, mais avec le consentement des deux parties ».


Bien avant la réponse du président algérien de ce dimanche, une indication sur l'orientation avait été déjà donnée sur la position qu'allait adopter Alger. Elle s'est faite à travers un édito de la revue du ministère de la Défense algérien, El Djeich, qui a montré, dans son édition d’août, « son refus catégorique » du message royal qui exhorte d’établir un climat de confiance entre les deux pays.


Rappelons que l'ambassadeur du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, avait accusé dans une lettre au conseil de sécurité, l’Algérie et le Polisario « de bloquer le processus onusien ». Le diplomate avait souligné que « le Maroc confirme depuis toujours les efforts de l’ONU pour faire face à ce dilemme ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct