En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.02.2019 à 14 H 33 • Mis à jour le 08.02.2019 à 14 H 33
Par
Marine

Un conflit financier de 8 M€ retient le ferry « Le Rif » à Gênes

Suite aux informations publiées le 7 février par la presse internationale sur la situation préoccupante de l’équipage du Rif, immobilisé des mois à Gênes après une collision avec d’autres embarcations, Medias24 rapporte que le navire battant pavillon marocain est retenu par le chantier naval Jobson à qui ont été confiés la réfection de la coque, de l’accastillage et certains embellissements pour un contrat de près de 8 millions d’euros.


L’armateur DWLM Group, propriétaire du vieux bateau depuis son rachat à IMTC, avait accordé une hypothèque à Jobson, à hauteur de 4 millions d’euros, précise la même source. Or, DWLM ne s’est pas acquittée de la totalité de la facture et Jobson a du en alerter la Direction de la marine marchande (DMM), dépendante du ministère de l’Equipement et des Transports.


Une plainte pour retard de paiement des salaires des marins depuis l’incident intervenu il a sept mois suit son cours en Italie et pour laquelle la Marine marchande a été, elle aussi notifiée, ajoute Medias24 dans son enquête.


Si la saisie du Rif n’a pas été officialisée par les autorités italiennes à leurs homologues marocains et que le sort des marins est diversement commenté, un autre conflit est mis en avant par l’armateur qui reproche à la DMM de n’avoir pas donné suite à une demande alternative d’exploitation de la ligne Tanger-Med-Algesiras introduite depuis deux ans, ce qui a grevé la trésorerie de l’entreprise et mettant à mal un investissement conséquent, assure-t-il. Un argument réfuté par l’administration qui estime en réplique que la situation du Rif n’est pas à imputer à sa responsabilité et que les autorisations de lignes sont soumises à des exigences techniques et juridiques.

Revenir au direct