En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
30.05.2018 à 18 H 31 • Mis à jour le 31.05.2018 à 00 H 08
Par
Maroc-Espagne

« Violées de la Huelva »: Yatim tente de rétropédaler sans s’amender

Le ministre de l’Emploi, Mohamed Yatim, a demandé aux saisonnières marocaines travaillant à la campagne de cueillette des fraises à la Huelva en Espagne, ne pas réduire au silence les abus qui peuvent se produire, et a déclaré que son département suit l’enquête judiciaire ouverte sur les cas d’abus sexuels présumés.


Le ministre a souligné, selon le portail Pjd.ma de son parti, que son département a appelé les autorités marocaines à « ne pas se taire contre toute tentative d’abus ou de harcèlement » touchant les journaliers marocains en Espagne.


Yatim a souligné que son département traitera « avec la fermeté nécessaire » les résultats de l’enquête menée récemment par les autorités espagnoles sur ces abus présumés.


Pourtant, pendant deux semaines, Yatim a lui-même nié l’existence de cas de harcèlements sexuels ou d’abus sur les saisonnières marocains (qui cette année a atteint le chiffre record de 15 000), « une attitude critiquée par les médias dans son pays », relève l’agence EFE faisant ainsi référence à la contre-enquête de Yabiladi. Le ministre n’a pas à ce titre exprimé de regrets sur l’attitude de son département à ce sujet qui avait prétendu qu’il s’agissait d’une intox de médias malveillants… 


EFE rappelle que le Bureau du Procureur de Huelva a lancé le 27 mai des procédures d’enquête concernant des cas allégués de travail et d’abus sexuels à des plaintes déposées par des travailleuses temporaires recueillies notamment par BuzzFeed News et Correctiv et rendues publiques, entre autres, par le Syndicat andalou des travailleurs .


À la suite de l’enquête, un homme de 47 ans travaillant dans une ferme de Moguer (Huelva) est poursuivi en état de liberté.


Le ministre a rappelé que son département et celui des Affaires étrangères et des différents consulats « resteront en alerte pour garantir la dignité des travailleurs intérimaires marocains en Espagne ».


En outre, il a mis en garde contre la stigmatisation des temporaires marocains, et a estimé que l’opération de recrutement de cette année était « exceptionnelle » du point de vue du nombre de bénéficiaires, de la durée du contrat et du suivi des autorités espagnoles et marocaines de leur statut d’emploi.


Les sources du consulat marocain à Séville ont confirmé à Yabiladi que plusieurs travailleurs marocains ont déposé plainte contre le harcèlement, sans donner de détails sur leur nombre.

Par
Revenir au direct