En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.10.2019 à 12 H 55 • Mis à jour le 06.10.2019 à 12 H 55
Par
Etats-Unis

Washington met à prix la tête d’un ex-Polisario devenu jihadiste

Le département d’Etat américain a annoncé vendredi dernier une offre de récompense pouvant aller jusqu’à 5 millions de dollars pour des informations permettant d’identifier ou de localiser Adnan Abou Walid al-Sahraoui, ancien membre du Polisario devenu dirigeant de l’organisation terroriste État islamique dans le Grand Sahara (EI-GS).


Le groupe EI-GS a revendiqué la responsabilité de l’embuscade, en octobre 2017, d’une patrouille conjointe américano-nigérienne près du village de Tongo Tongo, au Niger, qui a entraîné la mort de quatre soldats américains, rappelle la diplomatie américaine dans un communiqué.


Le Programme Rewards for Justice du département d’Etat offre également une récompense allant jusqu’à 5 millions de dollars pour des informations menant à l’arrestation ou à la condamnation, dans tout pays, de toute personne qui aurait commis, conspiré pour commettre, aidé ou encouragé à la commission de cette embuscade, ajoute la même source.


Le groupe EI-GS est déjà désigné dans la liste noire du département d’Etat comme organisation terroriste étrangère, et son dirigeant, Abou Walid, a été placé sur la liste des terroristes mondiaux spécialement désignés.


Ancien membre de l’ « Armée populaire de libération sahraouie » relevant du Polisario, Abou Walid a rejoint ensuite le groupe jihadiste Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), dont il fut le porte-parole, durant la guerre au Mali.


Environ deux ans après la fusion du Mujao et des Signataires du Sang, de Mokhtar Belmokhtar, pour former le groupe Al-Mourabitoune, Abou Walid annonce, en mai 2015, que sa faction avait prêté allégeance à Daech et la rebaptise « État islamique dans le Grand Sahara ». Il a depuis entretenu des rapports conflictuels avec ses parrains… 


Lire aussi : Qui est Abou Walid as-Sahraoui qui menace de terroriser le Maroc ?

Revenir au direct