logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.05.2022 à 18 H 44 • Mis à jour le 20.05.2022 à 18 H 48
Par
Législatives françaises

9ème circo : après avoir refusé « les petits arrangements », Ahmed Eddarraz finit par retirer sa candidature

Après avoir maintenu sa candidature en dépit de l’investiture d’Elisabeth Moreno, Ahmed Eddarraz rétropédale. « Entre la passion et la raison, j’ai privilégié le sens des responsabilités pour retirer ma candidature pour les élections législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger. C’est sans la moindre réserve que j’appelle les électrices et les électeurs à soutenir Élisabeth Moreno et la majorité présidentielle », écrit-il dans un communiqué parvenu aujourd’hui au Desk.


La raison de ce retrait ? « Les enjeux sont si importants pour nos concitoyens de l’étranger qu’il aurait été trop dangereux d’assumer le poids de la division et de fragiliser la majorité présidentielle », soutient ce militant de la première heure de la République en marche (devenu Renaissance), pour qui « non seulement le président de la République a besoin d’une majorité solide pour poursuivre la réformation du pays mais le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest, terres ô combien stratégiques, ont besoin d’une France forte, progressiste, humaniste. »


Pourtant, rien ne laissait prévoir un tel revirement. Déçu de n’avoir pas été investi dans la 9ème circonscription dont le Maroc est l’épicentre, Ahmed Eddarraz avait décidé de faire cavalier seul. « Après une nuit de réflexion et de nombreuses consultations, je décide de maintenir ma candidature aux élections législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger », écrivait-il le 13 mai dans un communiqué le lendemain de l’investiture d’Elisabeth Moreno.


Réputé proche du couple Macron, l’Aveyronnais d’origine marocaine estimait même être le candidat « naturel » face à la ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, la Diversité et l’Égalité des chances, dont l’investiture est qualifiée de « parachutage ».


Une position qui n’a pas manqué d’agacer la majorité présidentielle qui tentait d’unir ses rangs pour remporter la bataille face à Karim Ben Cheikh, le candidat de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES).


Dans une tentative de mettre fin à la dissidence, Sophie Villaume, suppléante d’Elisabeth Moreno, a ainsi adressé un message vocal à Eddarraz dans le but de trouver un terrain d’entente. « Je peux comprendre ta déception de ne pas avoir été investi mais nous avons besoin de remporter cette circonscription », lui lance-t-elle, avant de lui proposer de retirer sa candidature.


Refusant les « petits arrangements », nous a-t-il alors déclaré, il a décidé de maintenir sa candidature. Le 16 mai, le bureau exécutif de la République en Marche a prononcé son exclusion du mouvement. « Sur la neuvième circonscription des Français de l’Étranger, le cas d’Ahmed Eddarraz, candidat dissident contre le candidat soutenu par la majorité présidentielle a été examiné. Le bureau exécutif a statué sur l’exclusion de ce candidat. Cette décision, prise à l’unanimité des présents, a pris effet immédiatement », annonçait le bureau exécutif dans un communiqué.


Mais s’il se retire de la course, Eddarraz n’abandonne toutefois « aucune de [ses] ambitions pour ces territoires et les Français qui y résident », promet-il, laconique. « Je préciserai très bientôt comment je compte aider nos compatriotes de l’étranger, notamment ceux de la 9e circonscription. Je peux seulement dévoiler que mon action ne se limitera pas au seul cercle de La République en Marche que je retrouve avec bonheur et fierté », conclut-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu