En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.02.2018 à 19 H 22 • Mis à jour le 11.02.2018 à 20 H 46
Par
Affaire Kouchnir

Benatiq s’engage à régler la situation de la Marocaine piégée à Dubaï

Yasmina Flaiou, bloquée sans ressources à Dubaï après son divorce en 2014 avec Nicolas Xavier Kouchnir, un Alsacien qui figure sur les listings des Panama Papers, a rencontré aux Emirats Abdelkrim Benatiq, le ministre délégué en charge des MRE qui lui a promis de lui porter assistance. Dans un courrier d’avocat transmis au Desk, son ex-mari nie, entre autres, « frauder le fisc français ». Pourtant, les documents que nous produisons tendent à prouver le contraire…

Le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration, Abdelkrim Benatiq, a tenu, samedi soir à Dubaï, une rencontre de communication avec les membres de la communauté marocaine résidant aux Emirats Arabes Unis, au cours de laquelle il a été procédé à « la présentation des différents chantiers engagés par le ministère au profit des Marocains du monde ».


Il s’est à cette occasion « personnellement engagé » à trouver une issue honorable et rapide au drame que vit dans le riche émirat depuis des années, Yasmina Flaiou, une franco-marocaine originaire de Rabat, piégée avec ses deux fils, par son ex-mari alsacien. Après leur divorce en 2014, celle ci s’est retrouvée désargentée et en situation de paria, ne pouvant quitter le territoire, comme nous l’avions raconté dans notre reportage.


Notre enquête révélait que son ex-époux, Nicolas Xavier Kouchnir, était, selon les Panama Papers consultés par Le Desk, détenteur d’une société-écran logée aux Iles Vierges Britanniques, le paradis fiscal prisé par les fortunés indélicats.


Après la parution de notre article, Kouchnir a fait parvenir à la rédaction du Desk par le biais de son avocat parisien, Me Alexandre Blondiau, un courrier électronique par lequel il demande son retrait.


« Imputer à mon client d’avoir entre autres, fui le pays avec les passeports de ses propres enfants et de son ex-épouse, d’asphyxier financièrement la mère de ses enfants et ses propres enfants, de frauder le fisc français, d’avoir commis le délit d’organisation frauduleuse d’insolvabilité et plus généralement de se comporter comme un délinquant et un être inhumain porte irrémédiablement atteinte à son honneur et à sa considération », écrit l’avocat dans sa missive en défense de son client.


Une réplique qui ne tient pas à l’épreuve des faits, puisque nous avions apporté la preuve documentée que Kouchnir détenait bien les actions d’une société aux Iles Vierges Britanniques et d’un compte bancaire aux Bahamas.


Acte de donation parentale des actions de la société Quiltmere Ltd en faveur de Nicolas Xavier Kouchnir. ICIJ/ PANAMA PAPERS


Les données fuitées du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca obtenues par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et révélées par le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ), dont Le Desk est partenaire, indiquent que Nicolas Xavier Kouchnir, en plus d’avoir hérité des parts parentales dans la société Quiltmere Limited en deux temps (entre 2013 et 2014), dispose aussi d’un compte bancaire ouvert auprès de CBH Compagnie Financière Helvétique à Nassau aux Bahamas. Contactée par Rue89 Strasbourg, Stella Basch avait indiqué avoir vendu toutes ses actions. Elle ne précisait pas cependant que la transaction faite à 1 dollar symbolique était en réalité en faveur de son fils…


Fait étrange, Stella Basch, qui lui avait transféré ces biens par acte daté du 3 avril 2014, a fait le 26 août 2016, une déclaration à la Direction nationale de vérification des situations fiscales (DNVSF) attestant de sa détention de l’intégralité des parts de la société Quiltmere Ltd et ce en vue de sa régularisation avec le fisc. Cette volonté subite de vouloir se mettre en conformité avec la loi est manifestement consécutive à la parution de l’article de Rue89 Strasbourg qui révélait dès le 14 juin 2016 qu’elle figurait sur les Panama Papers et à qui elle avait pourtant affirmé avoir cédé ses parts…


Déclaration de Stella Basch à la Direction nationale de vérification des situations fiscales (DNVSF) attestant de sa détention de l’intégralité des parts de la société Quiltmere Ltd. DR


Or, au vu des documents transactionnels entre elle et son fils dont Le Desk détient copie, cette lettre au fisc français a tout d’une fausse déclaration, puisqu’à sa date de dépôt, celle-ci avait déjà donné tous pouvoirs et transféré à son fils ses actions dans Quiltmere Ltd, société qui comprend « un portefeuille de valeurs mobilières et des disponibilités », ainsi que la signature sur le compte bancaire associé, selon ses propres déclarations.


Il se trouve que cette déclaration a été versée au dossier judiciaire du procès en appel, opposant Xavier Nicolas Kouchnir à son ex-femme, Yasmina Flaiou, afin de prouver que celui-ci ne possède aucune fortune et qu’il ne peut ainsi subvenir aux besoins essentiels de ses enfants laissés sans le sou à Dubaï…


Sur la question des passeports de Yasmina Flaiou et de ses enfants, saisis par Kouchnir, l’avocat de ce dernier semble ignorer que les autorités dubaïotes ont ordonné leur restitution, comme l’attestent les jugements en référé dont Le Desk a obtenu copie (ci-après)


Jugement à l'encontre de Xavier Kouchnir pour restituer le passeport de son ex-épouse Yasmina Flaiou. DR
Idem pour les enfants. DR


À l’heure même où Benatiq recevait la communauté marocaine à l’hôtel St-Regis, plus au nord de la ville, Édouard Philippe, Premier ministre français, également en visite officielle dans l’Emirat, accueillait ses compatriotes sur invitation sur le Tonnerre, bâtiment de projection et de commandement amarré à Port Rashed. Yasmina Flaiou Kouchnir, n’a pas été conviée à la réception malgré sa requête de pouvoir rencontrer le Premier ministre. À cette heure, les autorités diplomatiques françaises à Dubaï continuent de faire la sourde oreille aux demandes d’aide d’une franco-marocaine qui a manifestement moins d’entregent que son ex-époux alsacien.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu