En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.11.2015 à 20 H 04 • Mis à jour le 27.11.2015 à 22 H 56
Par
COMMUNICATION

La boite de com’ d’El Himma traine des ardoises fiscales

Depuis sa création en 2004, la société de communication présidée par le conseiller royal traîne une ardoise auprès du fisc. Et ne s’acquitte pas d’autres obligations légales. Les détails.

Mena Media Consulting, la boîte de com’ de Fouad Ali El Himma, bénéficierait-elle d’un statut particulier ? En onze ans d’existence, l’entreprise, dont Karim Bouzida a longtemps été le directeur avant d’être promu chargé de mission au cabinet royal en 2014, a fait l’impasse sur la plupart de ses obligations légales. La société, qui fournit des prestations de communication et de veille à plusieurs acteurs publics et privés — dont le ministère de l’Intérieur, qui lui a commandé des rapports sur les négociations de Manhasset entre le gouvernement marocain et le Front Polisario, sur l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Royal Air Maroc ou encore Maroc Telecom —, a cumulé sur cinq exercices une dette envers le fisc qui dépasse les 10 millions de dirhams.


Et ce n’est pas l’impôt sur les sociétés qui constitue le plus gros de ce dû. Il s’agit plutôt des impôts sur le revenu du personnel de l’entreprise, ainsi qu’une somme de 5 millions de dirhams de TVA effectivement collectée par la compagnie et qui n’a pas été reversée à la direction des impôts. Par ailleurs, l’analyse des comptes de cette société révèle que les pertes nettes cumulées depuis 2007 (à fin 2014) s’élèvent à 33,6 millions de dirhams et ce, malgré les fonds apportés par les actionnaires au compte courant (8 millions de dirhams en 2014), et un chiffre d’affaires de 12 millions de dirhams.


Ces dysfonctionnements dans la gestion de Mena Media Consulting ne concernent pas que la fiscalité. «  Nous attirons votre attention, qu’à ce jour, nous n’avons toujours pas reçu les procès verbaux des assemblées des actionnaires statuant sur les comptes des exercices 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013 et les PV relatifs à la continuation d’exploitation du fait de la perte du capital social », écrit le commissaire aux comptes de l’entreprise dans une note datant de mars 2015, et dont Le Desk a obtenu une copie. Une situation « à régler sans délai », ajoute-t-il.


Contactée par Le Desk a plusieurs reprises, Mena Media Consulting est demeurée injoignable.


Pour rappel, Mena Media Consulting a été créée fin 2004 par le magnat de la presse d’origine saoudienne Othman El Omeir, avant de la quitter en 2011, cédant la présidence à Fouad Ali El Himma pour un mandat de 5 ans.



DISCLAIMER :

En réaction à notre article, Mena Media Consulting précise au 25 novembre 2015 que les obligations fiscales de l’entreprise vis-à-vis de l’administration fiscale ont été, à ce jour, honorées scrupuleusement. Concomitamment à une réorganisation du management du cabinet, une baisse d’exploitation a été enregistrée, qui a rendu nécessaire un plan de rééchelonnement avec l’administration de la dette fiscale de l’entreprise. Dans ce cadre, le plan de rééchelonnement est respecté, la quatrième et dernière échéance étant due au mois de décembre 2015. A titre d’information Mena Media Consulting, à ce jour, a réglé au titre de l’IS, de l’IR et de la TVA plus de 33 millions de dirhams.

Après vérification auprès du Commissaire au compte de la société,  Le Desk confirme cet état de fait et prend acte de cette précision, tout en adressant ses regrets à l’entreprise et à ses promoteurs.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu