logo du site ledesk
Grand angle
Enquêtes, reportages, récits et portfolios

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
#Essaouira
11.07.2017 à 18 H 05 • Mis à jour le 17.07.2017 à 12 H 32
Par

Festival Gnaoua : les images de ses 20 ans

PORTFOLIO Le Festival Gnaoua et Musiques du Monde a fêté ses 20 ans cette année. Du 29 juin au 1er juillet, Essaouira a revécu cette année encore des moments d’émotion, de partage, de fusions et d’effusions. En quelques images quelques moments de cette édition anniversaire du festival.

Parade d'ouverture

Un gnaoui réalisant un saut acrobatique face à son groupe. Vêtus d'habits chatoyants, coiffés de leur traditionnelle chéchia, qraqebs aux mains les membres de la troupe suivent le cortège. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Plusieurs troupes du folklore marocain provenant de divers régions ont défilé, le 29 juin devant un grand public. Partant de Bab Doukkala, passant par l'avenue Mohamed Zerktouni, l'Istiqlal, puis Okba Ibn Nafia, le cortège atteint l'arrière de la place Moulay Hassan pour clore la parade. Une présence feminine plus importante , jeunes et moins jeunes, ressentie lors de cette 20ème édition.




MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Parmi les groupes ayant défilé, une troupe de danse traditionnelle, d'Ahwash. Une des principales danse collective appartenant à la culture et au patrimoine national. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Les Issaouis étaient de la partie. Le Moqqadem balance l'encensoir d'une main à l'autre avant de le transmettre au jongleur. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Le jongleur issaoui. Très attentif à la chute de l'encensoir lancé dans les airs, il est tenu de bien l'intercepter. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Haut les mains, les gnaouis entrechoquent leur qraqebs, exprimant leur satisfaction à la fin du défilé. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Bendir et drapeau levés, les Issaouas se dirigent vers la grande place. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



Le célèbre Omar, fils de Mohamed Kouyou, qui a fait couler de l'encre lors de la dernière édition du Festival Gnaoua et musique du monde. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK




Neila ouvre le bal

Scène de la place Moulay Hassan, Neila Tazi pendant le mot d'ouverture. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Le Festival Gnaoua et Musiques du Mondes d’Essaouira, qui célèbre cette année ses vingt ans, a largement contribué à la réhabilitation d’un patrimoine important du Maroc, qu’est la culture gnaouie, fortement ancré dans un riche héritage africain, a souligné Neila Tazi, productrice de cette manifestation culturelle internationale.




Neila Tazi applaudie par Abdeslam Ahizoune, président de Maroc Telecom, suite à son mot d'ouverture. A ses côtés Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'Homme . MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Le conseiller du roi, Andre Azoulay, en compagnie de son épouse étaient au rendez-vous fidèles à leur habitude. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



En plus des ministres, des femmes et hommes politique et des patrons d'entreprises, le public couvraient toute la place Moulay Hassan. La presse a été très présente lors de cette édition. Ce sont aussi près de 300 journalistes du monde entier : Maroc, Espagne, Chine, Royaume Uni, France, Turquie, Allemagne, Russie, USA, Italie, Portugal et Danemark, qui sont venus couvrir l’événement. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Étaient présent lors du concert d'ouverture, Abdelfattah Lebjioui, wali de la Région Marrakech-Safi et gouverneur de la préfecture de Marrakech, Le conseiller du roi et président-fondateur de l’association Essaouira Mogador, Andre Azoulay, le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Mohammed Sajid, le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, Abdeslam Ahizoune, PDG de Maroc Télecom, la co-fondatrice du festival Neila Tazi, Driss El Yazami, Président du CNDH au Maroc. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



Ouverture gnaoui
tropicale

Lors de la 19ème édition le petit Omar, fils de Mohamed Kouyou, a fait couler beaucoup d'encre. Désormais, il est habitué aux objectifs, il pose spontanément devant les journalistes. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Aujourd'hui plus que jamais, Les Maâllems gnaouis donnent beaucoup d'importance à la jeunesse qui portera le flambeau, en espérant pérenniser la culture. Carlinhos Brown a fait une entrée spectaculaire aux côtés de Maâllem Said et mohamed Kouyou.




C'est au tour de Omar Kouyou de faire des figures acrobatiques. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Maâlem Said Kouyou, Maâlem Mohamed Kouyou et leur troupes. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Le jongleur avec l'encensoir. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



Le chanteur, percussionniste, compositeur, producteur, animateur culturel et fondateur du groupe Timbalada. Le brésilien Carlinhos Brown rejoint les Maâlems Said Kouyou et Mohamed Kouyou. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK




La tagnaouite devient
world music

30.07.2017 Festival Gnaoua et musiques du monde 2017. Maâlem Hamid El Kasri en fusion avec Karim Ziad, Vincent Mascart, David Aubaile, Maurice Zemmour & Omri Mor. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Maâlem Hamid a fusionné avec Karim Ziad, Vincent Mascart, David Aubaile, Maurice Zemmour &  Omri Mor




Fusion inédite

01.07.2017 Festival Gnaoua et musiques du monde 2017. Pour sa clôture, une fusion de tagnaouite et de soufisme indo pakistanais. Crée par le français Titi Robin (g) avec Mehdi Nassouli (d), le pakistanais Shuheb Hasan, l'indien Murad Ali Khan et le brésilien Ze Luis Nascimento. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Pour sa clôture, une fusion de tagnaouite et de soufisme indo pakistanais. Crée par le français Titi Robin avec Mehdi Nassouli, le pakistanais Shuheb Hasan, l'indien Murad Ali Khan et le brésilien Ze Luis Nascimento




L'indien Murad Ali Khan. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Le pakistanais Shuheb Hasan. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK




Gnaoua &  Blues

01.07.2017 - Festival Gnaoua et musiques du monde. Lucky Peterson en fusion avec Maâlem Mustapha Baqbou. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Afin de pérenniser la culture, les Maâllems donnent beaucoup d'importance à la jeunesse, qui aussi été présente en force cette année.




Lucky Peterson. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Maâlem Mustapha Baqbou. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK




Une clôture fracassante

01.07.2017 - Festival Gnaoua et musiques du monde. Carlinhos Brown anime ce beau public avec son morceau explosif Maria Caipirinha. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Le chanteur, musicien, producteur, compositeur, arrangeur, militant culturel et coach des célèbres émissions télévisées brésiliennes. L’infatigable Carlinhos Brown et sa troupe ont enflammé le public.




MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



Carlinhos Brown entouré de la sécurité investit le public. Une de ses techniques pour exciter encore plus cette foule. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK





Un public mordu,
une ambiance grandiose

Ambiance inoubliable, un public conquis et des artistes exceptionnels. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Lors de la première édition du « Woodstock marocain », quelque 20 000 spectateurs se rassemblaient autour des concerts… Parfois interrompus par les coupures d’électricité. Les jeunes dormaient sur la plage, sur les places publiques, dans un climat détendu, profitant de spectacles ouverts et gratuits. Vingt ans après, l’événement est devenu un gigantesque barnum (Jeune Afrique). Cette année l'évènement a accueilli plus de 300 000 visiteur.




Vue panoramique de la place Moulay Hassan totalement couverte, une autre preuve de succès. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
André Azoulay avec son épouse très captivés par le rendu sonore de la fusion Baqbou Peterson. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI
MOHAMED DRISSI KAMILI


MOHAMED DRISSI KAMILI
MOHAMED DRISSI KAMILI




Expo "Regards en partage"

01.07.2017 Festival Gnaoua et musiques du monde. Exposition hommage aux photo-reporter, Regards en partage. André Azoulay, de dos, ajuste l'alignement de la photo exposée. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



Cette année et pour la première fois une exposition en hommage aux photo-reporter, "Regards en partage" a été organisé à Borj Bab Marrakech. Les photographes exposants ont argumenté leurs œuvres à M. André Azoulay qui était étonné de la qualité et du professionnalisme de nos photographes.




Les photographes argumentaient au fur et à mesure leur œuvre. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
Andre Azoulay avec le célèbre photographe Akil Macao. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK
01.07.2017 Festival Gnaoua et musiques du monde 2017. Borj Bab Marrakech, Exposition hommage aux photo-reporter, Regards en partage. Photo de groupe avec Brahim Taougar, Reda Taougar, Abdo Rizkou, Mohamed Bounaji, Ahmed Boussarhane, Mohamde Adlani, Taoufik Mouannis, Ahmed Mechouary, Karim Fezzazi, Macao Akil, Karim Tibari, Boujemaa Zidi, Karima Hachimi, Yassine Errikh, Ahmed Jarfi, Neila Tazi, André Azoulay. PH EL MEHDI BERRADA POUR MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK





Une fois les concerts terminés, les rues sont rapidement nettoyées donnant l'impression que rien ne se passe. MOHAMED DRISSI KAMILI


MOHAMED DRISSI KAMILI




La journée

MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK


Traditionnellement, les rues ne manquent pas d'animation de jour comme de nuit. Entre commerces, étalages, vendeurs de fruits secs, des jeunes se produisent dans les rues et partagent leur art gracieusement.





MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK



André Azoulay en compagnie du président du Conseil régional, Ahmed Akhchichine faisaient une tournée dans l'ancienne médina le lendemain de la clôture du Festival. MOHAMED DRISSI KAMILI / LEDESK

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
De longs formats Enquêtes, reportages, récits et portfolios