logo du site ledesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.03.2020 à 03 H 40 • Mis à jour le 25.03.2020 à 03 H 40
Par La rédaction

Un voyage organisé en Égypte à l’origine de la plupart des cas à Meknès

Dans sa déclaration lors du point de presse tenu ce 24 mars à 18 heures, Mohamed El Youbi, directeur de l'épidémiologie au ministère de la Santé, a annoncé que 15 personnes, parmi les 22 infectées à Meknès, sont récemment revenues d’un « un voyage organisé dans un pays arabe », sans le citer nommément. Selon le responsable, pour leur retour, ces 15 touristes ont pris le même vol.


Selon nos informations, le pays arabe en question est l’Égypte. Les 15 personnes mentionnées par El Youbi faisaient en réalité partie d'un groupe d’une cinquantaine de voyageurs rentré au Maroc le 10 mars, date où les symptômes du Covid-19 ont commencé à apparaître dans la zone.


Le ministre de la Santé avait, le 18 mars, annoncé que, pour la première fois, des contaminations locales avaient été détectées. Khalid Aït Taleb avait également émis l'hypothèse de la possibilité de l'apparition de « clusters » au Maroc... Le même jour, son département publiait un bulletin d’alerte mentionnant que Meknès enregistrait près de 5 cas dans la même journée.


Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont publié des images présentant certains quartiers de la ville ismaélienne, dont Hay Bassatine et un autre appelé communément « L’hefra », comme étant confinés. Des photographies prises par les riverains montrent en effet que leurs accès sont fermés par des barrières. Plusieurs cas de contamination y seraient apparus, dont notamment ceux d’un vendeur de téléphone et d’une couturière…



SUIVEZ NOTRE LIVE SUR LA CRISE DU CORONAVIRUS AU MAROC ET DANS LE MONDE >                        >                        >                        >                         ICI

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
En continu
Plus d'infos en continu