Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.07.2016 à 14 H 03 • Mis à jour le 20.07.2016 à 12 H 49
Par
IPO

La Bourse de Casablanca comblée par Marsa Maroc comme le désert après la pluie

Les officiels, Mohamed Boussaid, ministre des Finances, Aziz Rabbah, ministre des Transports, Nezha Hayat-, présidente de l’AMMC, Fouzia Zaaboul , directeur duTrésor, Najat Saher, chef de la division de la Privatisation au ministère des finances et Abderrahmane Semmar, directeur des Entreprises Publiques et de la Privatisation, au tintement de la cloche officialisant l’entrée en bourse de Marsa Maroc, le 19 juillet 2016. DAVID RODRIGUES / LE DESK
Le spécialiste des services portuaires fait son entrée à la Bourse de Casablanca. Une valeur à fort potentiel et l’une des grosses capitalisations de la place. L’action a été souscrite près de 6 fois et est réservée à la hausse pour sa première cotation.

Cela fait plus de huit ans que la bourse attendait une grosse opération d’IPO. Marsa Maroc est venu exhausser ce vœu. Ce 19 juillet, a vu la première cotation de l’action de la société d’exploitation des ports qui a cédé sur le marché 40 % de son capital, soit quelques 29 millions de titres, pour lever 1,92 milliard de dirhams, après avoir confortablement assuré son noyau dur. Le prix de l’action a été fixé par la note d’information à 65 dirhams, avec une décote prévue pour les personnes physiques et aux salariés de l’entreprise. L’Etat garde néanmoins le contrôle de l’entreprise avec les 44 millions d’actions qu’elle détient.

Le gotha satisfait de l’introduction

Au tintement de la cloche, les officiels étaient dûment représentés : Mohamed Boussaid, ministre des Finances était au anges, Aziz Rebbah, aux Transports et président du conseil de surveillance, satisfait de la réussite de l’opération, Karim Hajji, directeur général de la Bourse poussant même un ouf de soulagement, sans oublier Mohamed Abdeljalil, Président du directoire de Marsa Maroc, tout sourire.


La période de souscriptions prévue sur dix jours, (du 20 au 30 juin) a été clôturée par anticipation le 27. Les investisseurs majeurs et les petits porteurs, n’ont pas tous été satisfaits lors de la première distribution des actions. Les résultats techniques livrés aujourd’hui par la Bourse de Casablanca, montrent un taux de satisfaction de 15,79 % pour les 18 300 demandeurs. Le montant global de la souscription a dépassé les 12 milliards de dirhams, soit plus de 185 millions d’actions. Les demandes de souscriptions sont parvenues de 23 nationalités différentes. C’est les instits et les personnes morales qui devront aller chercher des actions sur le marché secondaire, car les moins servi de tous. Ils se retrouvent respectivement avec 12,7 % et 5,5 % de taux de satisfaction contre plus de 32 % pour les personnes physiques. C’est en gros ce qui explique la réservation à la hausse de la valeur pour sa première en bourse, et elle n’ouvrira que demain si la réservation est levée.


Marsa Maroc est la 76ème société cotée à la Bourse de Casablanca, la 3ème du secteur des Services de transports, et la première IPO de l’année. On est certes loin des comptes et des promesses de Karim Hajji, qui espérait atteindre 150 entreprises enrôlées en 2015. Il faut dire que le vent a mal tourné pour toutes les composantes de la place casablancaise ces dernières années. Les introductions, petites généralement, n’ont jamais couvert l’hémorragie des radiations qu’a connue la BVC. Comme expliqué auparavant, l’Etat semble vouloir donner un coup de fouet à la place boursière avec cette opération imposante. D’ailleurs, les près de 2 milliards de dirhams dégagés par l’introduction seront destinés à renflouer les caisses du Fonds Hassan II et celles du Fonds de soutien à l’investissement. Rien n’ira donc pour soulager les dépenses de l’Etat.