Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.09.2016 à 18 H 45 • Mis à jour le 06.09.2016 à 20 H 10
Par
Législatives 2016

Bilan de la coalition gouvernementale : le RNI fait cavalier seul

Les leaders de la majorité gouvernementale. AIC PRESS
À quelques semaines des élections législatives, le RNI revendique sa « quote-part » du bilan du gouvernement sortant, alors que le PJD et le PPS maintiennent leur mariage de raison. Seul le Mouvement populaire ne s’est pas encore positionné sur cette question.

La présentation attendue des bilans sectoriels du gouvernement a mis à nu les différences entre les partis composant la majorité gouvernementale, notamment le RNI qui a décidé de faire cavalier seul.


À l’occasion de la présentation ce week-end de la liste des candidats RNistes au scrutin du 7 octobre, le président du parti de la colombe, Salaheddine Mezouar, a tenu à préciser les contours de la participation de son parti au gouvernement. Il a revendiqué haut et fort les réalisations économiques de l’exécutif élu, comme la décompensation des hydrocarbures qui serait selon lui le fruit du savoir-faire des économistes du RNI et de leur connaissance de l’environnement des affaires.


Plus complices, le PJD et le PPS ont à nouveau exprimé leur intention de reconduire leur mariage de raison. Lors de la cérémonie de présentation, ce lundi, du bilan sectoriel des ministres PPS du gouvernement, Abdelilah Benkirane, invité de ce congrès tenu à Skhirat, a rappelé la solidité des liens entre les deux partis. Le chef du gouvernement a déclaré que l’alliance entre les deux formations politiques a été dictée par la volonté de dépasser les clivages idéologiques au service de la stabilité du pays.


Pour le moment, seul le Mouvement populaire (MP) n’a pas encore revendiqué sa « part » du bilan gouvernemental. Pour rappel, les quatre partis de la coalition gouvernementale (PJD, PPS, RNI, MP) avaient déclaré leur intention de défendre un bilan commun, mais cette présentation a été reportée sine die. La compétition électorale semble avoir eu raison de la solidarité gouvernementale.