Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.03.2017 à 21 H 11 • Mis à jour le 19.03.2017 à 21 H 44
Par
PJD-Gouvernement

El Otmani va consulter tous les partis représentés au Parlement

Saadeddine El Otmani et Mohamed Yatim (assis) lors de lecture du communiqué du PJD en réaction à la décision royale de débarquer Abdelilah Benkirane. PJD
Plusieurs médias électroniques ont interprété cette annonce comme un prélude à une coalition avec le PAM, arrivé second aux législatives d'octobre. Une information qui n'a été ni confirmée, ni totalement démentie par Mohamed Yatim, membre du SG du PJD dans une communication publiée sur le site du parti

Le chef de gouvernement désigné, Saâdeddine El Otmani, a annoncé, ce dimanche, qu’il va entamer les consultations avec l’ensemble des partis politiques représentés au parlement pour la formation du gouvernement.

El Otmani a indiqué, dans une déclaration diffusée par le site électronique du Parti de la justice et développement (PJD), que cette décision est intervenue suite à une réunion du secrétariat général du parti, tenue dimanche matin, stipulant l’entame des premières consultations avec tous les partis politiques représentés au parlement, par ordre, suivant les résultats des dernières législatives.


Le PAM de nouveau dans le bain des alliances ?

Plusieurs médias électroniques ont interprété cette annonce comme un préalable à une coalition avec le PAM, arrivé second aux législatives d’octobre. Si Ilyas El Omari n’avait pas exclu cette éventualité dans ses plus récentes déclarations, Mohamed Yatim, membre du secrétariat général a indiqué dans une déclaration au site PJD.ma que le chef du gouvernement n’avait fait état que de consultations.  « Cela voudrait-il dire que chaque parti représenté au Parlement que rencontrera le chef du gouvernement sera de ce fait intégré à la future coalition ? », a-t-il déclaré.


Sur Facebook, devenu réseau de prédilection du chef du PAM, Ilyas El Omari appelait à ne pas s’emballer dans une réponse très brève aux internautes.



Une chose est sure cependant, l’USFP n’est plus avec El Otmani un parti non grata comme l’exigeait son prédécesseur Benkirane. Un verrou a donc sauté au PJD avec l’assentiment du secrétariat général. Un signe qui indiquerait que le consensus qu’avait établi Benkirane ne reposait en grande partie que sur sa volonté personnelle, note les observateurs.


Le conseil national du PJD avait exprimé son soutien à El Otmani, lors d’une session extraordinaire tenue samedi à Salé, soulignant l’impérieuse nécessité d’accélérer la formation du gouvernement, conformément aux orientations royales.


Dans un communiqué, publié à l’issue des travaux de cette session, le conseil national a indiqué que le prochain gouvernement, qui doit bénéficier de la confiance du souverain, « doit être fort, homogène et efficient, dans le respect des dispositions de la constitution, du choix démocratique et de la volonté populaire exprimée lors des dernières législatives  ».