Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
09.02.2019 à 01 H 29 • Mis à jour le 09.02.2019 à 01 H 29
Par
Diplomatie

Jared Kushner, gendre et conseiller de Trump, au Maroc fin février?

Jared Kushner et Donald Trump lors d’une réunion à la Maison Blanche en janvier. JABIN BOTSFORD / GETTY IMAGES
Conseiller principal de la Maison Blanche pour les questions liées au Moyen-Orient, Jared Kushner, par ailleurs gendre du président Trump, pourrait inclure Rabat dans son périple qui doit inclure plusieurs escales dont Riyad, pour y promouvoir son « plan de paix » israélo-palestinien. Il devrait auparavant rencontrer Nasser Bourita à Varsovie les 13 et 14 février

Le conseiller principal de la Maison Blanche et gendre du président américain, Jared Kushner, devrait se rendre auprès de plusieurs capitales du Moyen-Orient à la fin du mois pour promouvoir le volet économique du plan de paix israélo-palestinien validé par Trump.


La Maison Blanche devrait publier son plan de paix tant attendu après les élections du 9 avril en Israël. Jusque-là, elle tente de mobiliser un soutien en faveur du plan pourtant décrié par ailleurs, en particulier dans le monde arabe, et de mettre en place une stratégie de diplomatie publique avec ses alliés. La présentation du plan de paix de Trump a été reportée après que le président américain a décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, provoquant la colère des Palestiniens, en décembre 2017.


Lire aussi  : Israël-Palestine, le plan désastreux du gendre de Trump


Son voyage d’une semaine, qui doit inclure des escales à Bahreïn, au Qatar, en Arabie Saoudite, à Oman, aux Émirats arabes unis et peut-être au Maroc, est prévu pour la dernière semaine de février, rapporte Axios, un média américain fondé en 2016 par des anciens journalistes de Politico.


L’envoyé spécial, Jason Greenblatt, le représentant spécial américain, Brian Hook, et l’adjoint du président Avi Berkowitz, l’accompagneront.


Kushner ne devrait pas se rendre en Israël lors de ce voyage, mais il rencontrera le Premier ministre Netanyahu la semaine prochaine (13 et 14 février) lors d’une conférence sur le Moyen-Orient à Varsovie, où il devrait s’exprimer publiquement sur l’état du plan et où il aura, selon nos sources, l’occasion de discuter avec le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Les diplomates en chef de l’Arabie saoudite, de la Jordanie, des Émirats arabes unis, d’Oman et de Bahreïn sont également attendus en Pologne lors de ce conclave. Les monarchies du Golfe entretiennent des relations plus positives avec l’Amérique et Israël depuis l’arrivée de Trump à la Maison Blanche.


« Lors de son voyage au Moyen-Orient, M. Kushner devrait discuter avec les autorités arabes des aspects économiques du plan de paix, qui impliqueront des investissements énormes dans l’économie palestinienne, principalement à Gaza », poursuit la même source.


Des sources américaines ont déclaré que Kushner compte demander aux États du Golfe de contribuer au plan économique, mais qu’il ne prévoyait pas de discuter en détail des éléments politiques du plan lors de sa tournée dans la région.


Lire aussi  : Comment les frères ennemis palestiniens avantagent Israël et le plan du gendre de Trump


Si l’inclusion de l’étape marocaine au périple de Jared Kushner se confirme, elle établirait les signes avant-coureurs du réchauffement des relations entre le royaume et l’Etat hébreu. Il y a quelques semaines, des sources israéliennes avaient laissé entendre que Benjamin Netanyahu avait milité auprès de Rabat pour une visite au Maroc. Alors que le gouvernement avait publiquement écarté cette éventualité, ces mêmes sources ont finalement indiqué au Desk que ce projet avait été avorté et confirmé ainsi la thèse du ballon d’essai…