Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.07.2019 à 10 H 40 • Mis à jour le 21.07.2019 à 15 H 07
Par
Palais royal

Mohammed VI et Lalla Salma adressent une mise au point à Gala

Mohammed VI, Lalla Salma et le prince héritier Moulay El Hassan. Archives
Dans une sortie inhabituelle, l'avocat français du Palais royal, Eric Dupond-Moretti, a adressé, au nom de roi Mohammed VI et de la princesse Lalla Salma, une mise au point au magazine people « Gala » accusé de relayer des « assertions graves » sur la famille royale

Une première. Par le biais de leur avocat français, Eric Dupond-Moretti, Mohammed VI et Lalla Salma ont conjointement réagi samedi 20 juillet à la publication d’un article publié par le magazine people Gala. « Le roi du Maroc Mohammed VI et son ex-épouse Lalla Salma font conjointement savoir que les rumeurs de fuite ou de séquestration d’enfants qui circulent depuis le début du mois de juillet sont intolérables », écrit le magazine des stars et des célébrités.


Ces rumeurs sont « fermement et formellement démenties » par le souverain alaouite et la princesse, parents du prince héritier Moulay El Hassan, 16 ans, et de la princesse Lalla Khadija, 12 ans, rapporte Gala, faisant état de la mise au point qui lui est parvenue suite à la publication d’un article évoquant un « déchirement familial », alors que Lalla Salma est en villégiature en Grèce avec son fils, mais sans sa fille…


Selon Gala, le roi et la princesse sont « scandalisés », « face à ces assertions extrêmement graves ». « Me Eric Dupond-Moretti est sans réserve sur le fait qu’elles émanent de sites étrangers répandant de fausses informations à des fins malveillantes », et rappelle qu’il s’agit d’un « acte passible de poursuites pour diffamation » », ajoute l’avocat-conseil.


La comparaison dressée avec la fuite de la princesse émiratie est également pointée du doigt. « La comparaison ne repose sur rien d’autre que le fait qu’il s’agit de deux princesses », précise l’avocat du monarque, précédemment engagé lors de la procédure judiciaire opposant le Maroc aux journalistes français Catherine Graciet et Eric Laurent.


L’article de Gala avait repris pour l’essentiel, des rumeurs colportées par Afrik.com, un site connu pour être particulièrement critique envers les institutions du royaume. Le Palais royal n’avait à ce jour jamais réagi aux informations publiées notamment par la presse espagnole faisant état de leur séparation, laquelle n’ayant jamais été officiellement confirmée par la Maison royale.