Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.01.2021 à 14 H 34 • Mis à jour le 24.01.2021 à 14 H 34
Par , et
Sahara

Guerguerat: Harcèlements du Polisario, le point de passage demeure sécurisé par les FAR

Poste-frontière de Guerguerat ce dimanche 24 janvier 2021. Image 2M
Le Front Polisario a annoncé avoir bombardé samedi 23 janvier la zone tampon de Guerguerat, une attaque qualifiée de « guerre de propagande » par Rabat qui évoque plutôt « des tirs de harcèlement » qui n’ont ni touché l'axe routier menant vers la Mauritanie, ni perturbé le trafic des camions. Des images diffusées par 2M ce dimanche attestent que la situation sur le terrain est sous contrôle du Maroc

La situation à Guerguerat est calme et normale, ont affirmé dimanche matin des sources autorisées citées par l’agence MAP, ajoutant que le trafic routier entre le Maroc et la Mauritanie, et au-delà vers l’Afrique subsaharienne, « n’est aucunement perturbé ».


Le Front Polisario avait annoncé avoir bombardé samedi 23 janvier la zone tampon de Guerguerat, une attaque qualifiée de « guerre de propagande » par Rabat. « L’armée sahraouie a lancé quatre missiles en direction de la brèche illégale de Guerguerat et ses environs », a indiqué l’agence de presse du Polisario SPS dans un communiqué, en citant un chef militaire. Le communiqué fait état également d’attaques le long du mur de sécurité.


Selon un haut responsable marocain joint par l’AFP à Rabat, « il y a eu des tirs de harcèlement à proximité de la zone de Guerguerat, mais cela n’a pas touché l’axe routier, le trafic n’a pas été perturbé ».


« Malgré les harcèlements sans incidents des milices du Polisario, la situation à Guerguerat, comme dans l’ensemble du Sahara marocain, est calme et normale. Le trafic routier entre le Maroc et la Mauritanie, et au-delà vers l’Afrique subsaharienne, n’est aucunement perturbé », ont précisé les mêmes sources à la MAP.


Le passage de Guerguerat a été sécurisé par les Forces armées royales (FAR), ont souligné les mêmes sources, rappelant que depuis novembre 2020, les milices du Polisario procèdent à des harcèlements, « dans une réaction désespérée à cette sécurisation du passage ».


Zone tampon de Guerguerat. INFOGRAPHIE LE DESK


Parallèlement à cela, poursuivent les sources autorisées, « la propagande algéro-polisarienne tente vainement de montrer une zone de guerre, à travers des fake news, des communiqués de guerre, des dépêches et des reportages quotidiens sur des accrochages imaginaires ».

 

« Ça s’inscrit dans un cycle de harcèlement depuis plus de trois mois » et « cela dure depuis un certain temps, il y a une volonté de créer une guerre de propagande, une guerre de médias, sur l’existence d’une guerre au Sahara », mais « la situation est normale », a assurée la source marocaine officielle à l’AFP.


Dans des enregistrements audio non authentifiés qui circulent sur YouTube, des supposés témoignages de camionneurs évoquent « trois ou quatre tirs de missiles et avoir entendu les bombardements près de la station d’essence du poste-frontière de Guerguerat », a rapporté l’AFP.


« L’un deux dit avoir été tout près des missiles. Un autre routier précise que tous les camions sont partis car ils ont eu très peur », poursuit l’AFP.


En revanche, la chaine de télévision 2M a diffusé ce dimanche des images du poste-frontière de Guerguerat et interviewé des camionneurs en transit vers la Mauritanie et le Sénégal. Ils attestent que la situation est « calme et sous contrôle ».



Le Polisario se dit « en état de guerre de légitime défense » depuis que le Maroc a envoyé le 13 novembre des troupes à l’extrême sud du vaste territoire pour chasser un groupe de miliciens qui bloquait la seule route vers la Mauritanie voisine.




Les troupes marocaines sont restées depuis déployées dans la zone démilitarisée sous contrôle de la force d’interposition de l’ONU, afin de « sécuriser le trafic routier » sur cet axe commercial menant vers l’Afrique de l’Ouest.



Lire aussi : Guerguerat : Les fake news d’une guerre médiatique, marqueurs de l’échec du Polisario