Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.05.2021 à 08 H 52 • Mis à jour le 11.05.2021 à 08 H 52
Par
Diplomatie

La droite espagnole qualifie de «nulle» la gestion de l’affaire Brahim Ghali par Madrid

Pablo Casado, leader du PP espagnol. EFE
Le président du Parti Populaire (PP) a prévenu que l'Espagne ne devait pas « minimiser les graves conséquences » de la crise due à l'hospitalisation à Logroño du leader du Front Polisario, Brahim Ghali. Il a attaqué le gouvernement Sanchez pour avoir réussi à se brouiller autant avec le Maroc, l’Algérie que le Polisario

Faisant notamment référence au cas Brahim Ghali, le président du Parti Populaire espagnol (PP), Pablo Casado n’a pas hésité à démolir le gouvernement formé d’une coalition de gauche qualifiant sa gestion de l’affaire d’ « irresponsable », apprend-on de l’agence EFE.


Par des termes sans concession, le chef de l’opposition qui intervenait lors d’une conférence consacrée à la « Journée de l’Europe » en présence des anciens ministres des Affaires étrangères de droite, Ana Palacio et José Manuel García-Margallo, a qualifié la politique étrangère menée à l’aune de ce dossier par le gouvernement Pedro Sanchez, de « nulle ». « Nous avons réussi à mettre en colère l’Algérie, le Maroc et le Polisario à la fois », dans une crise qu’il considère comme « sans précédent » et a prévenu : « Ce ne sont plus des bagarres, c’est une véritable irresponsabilité historique avec des partenaires aussi importants que Maroc », a-t-il lancé.

 

La diplomatie de Madrid qualifiée de « sombre »

Casado a insisté pour dire que les thèmes essentiels des relations extérieures de l’Espagne (immigration, pêche, tourisme, etc.) sont intimement liées aux relations bilatérales avec les pays riverains de l’Espagne. « Le panorama extérieur de la politique de Sánchez est sombre », a-t-il martelé lors de son discours.


Le chef de l’opposition a ainsi prévenu que l’Espagne ne devait pas « minimiser les graves conséquences » de la crise due à l’hospitalisation à Logroño du leader du Front Polisario, Brahim Ghali.


Fort de sa victoire aux élections locales madrilènes de mai, le PP répond ainsi favorablement aux signaux d’alerte envoyés par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, mais surtout aux appels lancés consécutivement par Nizar Baraka, secrétaire général de l’Istiqlal qui dans une longue lettre exprimait récemment sa déception à Pablo Casado et par Aziz Akhannouch qui, pour sa part, au nom du RNI, s’est exprimé dans une interview accordée à El Mundo, le journal fétiche de la droite espagnole.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite