S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.02.2023 à 23 H 14 • Mis à jour le 28.02.2023 à 23 H 14
Par
Diplomatie

Bourita : le Maroc n’est pas partie au conflit armé opposant la Russie à l’Ukraine

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger. Crédit: MAP
S'exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le vice-ministre fédéral autrichien des Affaires européennes et internationales, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que la position du Royaume vis-à-vis du conflit russo-ukrainien repose notamment sur les principes de préservation de la souveraineté des Etats et le respect de l'intégrité territoriale des pays membres des Nations Unies

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a affirmé, mardi à Rabat, que le Maroc « n'est pas partie au conflit armé opposant la Russie à l’Ukraine », soulignant que le Royaume « n’a pas participé et ne participe pas, sous quelque forme soit-elle, à ce conflit ».


S'exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le vice-ministre fédéral autrichien des Affaires européennes et internationales, Peter Launsky, à l'issue de leurs entretiens, Bourita a indiqué que le Maroc, en tant que membre de la communauté internationale, traite ce conflit comme une question qui affecte la paix et la sécurité mondiales, avec ses conséquences importantes sur les plans économique et social.


Le ministre a, dans ce sens, soutenu que la position du Royaume vis-à-vis du conflit russo-ukrainien repose sur les principes de préservation de la souveraineté des Etats et le respect de l'intégrité territoriale des pays membres des Nations Unies, le règlement pacifique des différends, l’appui d’une politique de voisinage constructive, ainsi que le respect des principes du Droit international et de la charte des Nations Unies.


Partant de cette position, a-t-il ajouté, « à chaque fois qu'il y a un vote au sein de l’ONU et de ses agences spécialisées, le Maroc s'abstient de voter sauf lorsque la résolution concerne les principes de la Charte des Nations Unies et les principes du Droit international et selon les quatre principes qu’il défend ».


Et de poursuivre que le Royaume vote toujours en faveur de ces résolutions du moment qu'elles visent la préservation de l'intégrité territoriale des Etats, l'adoption des modes pacifiques pour la résolution des conflits et cadrent parfaitement avec la légalité internationale et les résolutions des Nations Unies.


Bourita a, en outre, réaffirmé que le Maroc exprime clairement ses positions à travers un vote positif lorsqu’il s’agit des principes du Droit international et de la Charte des Nations Unies, comme cela a été le cas récemment lorsque le Royaume a voté en faveur d’une résolution en harmonie avec son référentiel, à savoir la Charte de l’ONU, les principes du Droit international et les résolutions de la légalité internationale.


A l'occasion du premier anniversaire de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Assemblée générale de l'ONU avait exigé le 23 février le retrait « immédiat » des troupes russes d'Ukraine.


Un vote en faveur de l’Ukraine à l’ONU

L'AG a par ailleurs appelé à une paix « juste et durable ». La résolution a recueilli 141 voix pour, 7 contre et 32 pays se sont abstenus, dont l'Algérie, la Chine, l'Inde ou encore l'Iran. S'agissant du Maroc, Rabat avait choisi de voter en faveur de cette résolution.


Pour rappel, il y a presque une année, en mars 2022, la délégation marocaine n'avait pas participé au vote sur la résolution de la condamnation par l'ONU de l'invasion russe de l'Ukraine. Quelques mois plus tard, en octobre, il condamnait cependant à l'ONU l'annexion des quatre régions ukrainiennes par la Russie, ce qui avait été interprété comme une posture conforme à sa doctrine sur l'intégrité territoriale des nations.


Une posture d'équilibre de Rabat, insinuant ne pas vouloir prendre partie dans le conflit opposant l'Ukraine et la Russie, et conservant ses contacts diplomatiques réguliers avec chacun des pays.


Sauf que depuis, comme rapporté fin 2022, Washington avait réussi à convaincre Rabat de concéder à Kiev une commande de pièces de rechange pour ses chars soviétiques T-72 auprès du Tchèque Excalibur Army. Un geste demandé au Maroc qui allait être compensé par la modernisation des tanks américains des Forces Armées Royales M1 Abrams. Ce qui n'avait pas manqué d'être perçu comme étant un basculement de la position marocaine au sujet de la guerre russo-ukrainienne, affirmé par le vote à l'AG de l'ONU. Une interprétation que ne reconnait donc pas la diplomatie marocaine avec cette sortie de Bourita.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite