logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.04.2022 à 10 H 58 • Mis à jour le 19.04.2022 à 11 H 00
Par
Diplomatie

Alger demande à Madrid des « clarifications préalables » au retour de son ambassadeur

L'Algérie a annoncé ce lundi qu'un retour de son ambassadeur à Madrid est possible à condition que le gouvernement espagnol donne « des clarifications préalables » concernant son changement de position sur le dossier du Sahara occidental, apprend-on de l'agence de presse algérienne, APS.


« Le retour de l'ambassadeur d'Algérie à Madrid sera tranché souverainement par les autorités algériennes dans le cadre de clarifications préalables et franches pour reconstruire une confiance sérieusement abîmée sur la base de principes clairs, prévisibles et conformes au droit international », a déclaré Amar Belani, envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental au ministère algérien des Affaires étrangères.


Belani a également commenter la dernière déclaration de Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol, qui a affirmé défendre « une position reconnue par les Nations unies ». 


« Il s’agit de propos formulés avec une légèreté déconcertante, qui correspondent à la volonté de s’auto-absoudre de la lourde responsabilité personnelle dans l’adoption de ce surprenant revirement sur la question du Sahara occidental qui rompt avec la position d’équilibre traditionnelle de l’Espagne », a affirmé Belani, ajoutant que Sánchez se dédouane de la responsabilité de l'Espagne « tant sur le plan moral que juridique en sa qualité de puissance administrante de juré (statut rappelé en 2014 par l’Audiencia nacional) et en sa qualité de membre du Groupe des amis du Sahara occidental auprès du Secrétaire général des Nations unies ».


Pour l'envoyé spécial algérien, « on est bien loin de l’affirmation péremptoire au sujet de l’autonomie qui serait la base la plus sérieuse, réaliste et crédible, ce qui équivaut à la reconnaissance indue de la marocanité du Sahara occidental, un territoire non autonome dont le statut final reste à déterminer et qui est éligible à l’autodétermination conformément à la légalité internationale ».


L'Algérie avait rappelé son ambassadeur à Madrid pour consultations en mars dernier, en réaction au revirement espagnol sur la question du Sahara.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct