S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.01.2024 à 10 H 12 • Mis à jour le 24.01.2024 à 10 H 13 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Education nationale

Après la sortie de crise, 2 498 enseignants bientôt recrutés

Le ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports recrutera 2 498 cadres d’enseignement du 2ème grade au niveau des différentes Académies régionales d’Éducation et de Formation (AREF). Le ministère a lancé, ce 24 janvier, l’appel à candidatures pour le concours qui aura lieu le 10 février prochain.


Au total, ce sont 2 353 professeurs de l’enseignement secondaire qualifiant, un cadre qui vient d'être réinstauré avec le nouveau statut unifié, et 145 professeurs de l’enseignement primaire (échelle 10) qui seront recrutés.  Pour la première catégorie de cadres, les postes disponibles concernent principalement d’enseignants de langue française, de mathématiques et d’éducation physique. Pour le primaire, 122 postes sont consacrés aux enseignants de langue amazighe.


S’agissant des conditions d’éligibilité, aucun changement n’est introduit. Les mêmes critères sont maintenus, dont la condition d’âge qui ne soit pas dépasser 30 ans introduite en 2021 par Chakib Benmoussa, et qui a été contestée par une large partie des enseignants.


Pour rappel, cette nouvelle opération de recrutement intervient après une longue période de tensions au sein du secteur. L’adoption du statut unifié des fonctionnaires de l’Éducation nationale avait suscité une vague de colère parmi les enseignants, déclenchant une crise marquée par plus de trois mois de grèves. L’élaboration d’un nouveau statut, après de longues tractations avec les syndicats, a permis le retour des enseignants aux classes, faisant sortir le secteur de sa crise.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct