logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.06.2022 à 19 H 27 • Mis à jour le 26.06.2022 à 19 H 28
Par
Migration

Assaut sur Melilla: face aux critiques, le Maroc s’entoure d’ambassadeurs de pays africains alliés

Hormis les communications pour dresser le bilan des blessés et des décès, en marge d'assaut des migrants sur Melilla, c'est bien la première réaction officielle du Maroc : ce dimanche en fin d'après-midi, la diplomatie marocaine a convié plusieurs ambassadeurs de pays africains afin de s'expliquer sur les incidents survenus ce vendredi matin. Le corps diplomatique africain accrédité a par la suite, à travers différents ambassadeurs, pris la parole devant des médias habituellement convoqués pour ce type d'évènement pour relayer la parole du Maroc.


Pour l'heure, selon des sources associatives dont notamment la section de Nador de l'AMDH présente sur place, on compte 27 décès. Du côté du ministère de l'Intérieur, la Préfecture de Nador avance le chiffre de 23 morts. Plusieurs voix se lèvent déjà pour réclamer l'ouverture d'une enquête préalable pour mettre la lumière sur les circonstances de décès des migrants, alors que des dizaines d'autres sont actuellement en état d'arrestation, dans l'attente d'être présentés au parquet. Aux environs de Nador,  de premières tombes individuelles ont été creusées pour enterrer les migrants décédés.


Si aucune enquête n’a pour l’heure été officiellement ouverte, le Maroc communique sa première version des faits au sujet de la vingtaine de décès. Il le fait à travers les ambassadeurs, dont notamment l’ambassadeur du Cameroun et doyen du corps diplomatique au Maroc, Mouhamadou Youssifou. Celui-ci s'exprime en ces termes :


« On nous a montré des vidéos et des faits et qui sont d'une violence inouïe. C'est quelque chose à laquelle nous n'avons jamais assisté ici au Maroc, même quand par le passé il y a  eu des attaques », explique-t-il dans sa déclaration.

 

« Généralement, on nous a habitué à des attaques à la veille de Noël et ou à la veille du nouvel an. Cette année, ils ont choisi, on ne sait pas pourquoi, un vendredi », ajoute-t-il sans préciser pour autant préciser qu’il parle des migrants.


 « Ils ont changé le mode opératoire : au lieu de s'attaquer directement contre les barrières comme ils ont l'habitude de le faire, ils ont préféré s'attaquer même au passage de la frontière entre le Maroc et l'enclave de Melilla. C'est un passage étroit. Ils ont attaqué, ils sont venus avec des bâtons, des gourdins et des armes blanches », poursuit-il.


« Ce qui a inévitablement conduit à tout ce que nous avons par la suite : des blessés et même des morts. Les morts, c'est parce qu'ils ont emprunté un couloir. Beaucoup sont morts des suites de la bousculade qui est advenue au niveau de ce passage. Nous condamnons ces manifestations et nous nous tenons auprès des autorités marocaines pour essayer de juguler cette situation qui n'honore pas ce continent », affirme l’ambassadeur.


De son côté, l'ambassadeur du Tchad au Maroc, précise qu'il s'agit de « ramification de réseaux souhaitant porter préjudice à la politique du Maroc par rapport à la gestion de la migration », indique-t-il en substance.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct