En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.10.2019 à 17 H 32 • Mis à jour le 16.10.2019 à 18 H 45
Par
Patronat

CGEM: Un quartet sera désigné pour gérer la transition

A l’issue de la réunion de ce mercredi 16 octobre, il a été décidé par consensus la tenue d’un Conseil d’administration le 28 octobre. Il ne nommera pas cependant un président intérimaire comme prévu, mais un comité de transition formé par quatre personnalités (un président de fédération sectorielle, un président de région, un parlementaire et un président de commission) chargé de gérer l’après-Mezouar

Après des débats houleux entre membres de droits réunis au siège de la CGEM ce 16 octobre, les modalités de sortie de crise après le départ brutal du président Salaheddine Mezouar ont été rendues publiques lors d’un point de presse animé par Saloua Karkri-Belkeziz (Fédération des Nouvelles technologies de l’Information, des Télécommunications et de l’Off-shoring ) et David Toledano (Fédération des Industries des Matériaux de Construction).


Le prochain Conseil d’administration a finalement été décidé pour le 28 octobre. Ceci-dit, il n’aura pas pour ordre du jour de nommer un président intérimaire comme attendu, mais un comité de transition formé par quatre personnalités, soit un président de fédération sectorielle, un président de région, un parlementaire et un président de commission.


Cette solution obtenue par consensus pour éteindre les tiraillements observés jusqu’ici comporte cependant une « entorse » jugée « légère » aux statuts. En effet, selon ses dispositions, il est possible de nommer tout comité permanent ou ponctuel à la condition expresse que cela se fasse sur proposition du président (attributions du président consignées dans l’Art.21 des statuts).


Cette « nuance a été dépassée », selon nos sources, en raison de « l’effort louable des parties à dépasser la crise ». Elle constitue cependant « un vice d’illégalité susceptible d’être dénoncé, n’étant pas conforme aux dispositions statutaires », commente-t-on avec réserve par ailleurs dans les rangs du patronat.

Revenir au direct