S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.02.2023 à 10 H 16 • Mis à jour le 01.02.2023 à 10 H 16 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Scandale

Corruption à l’Europarlement: assignées à résidence, la fille et l’épouse de Panzeri libérées

La justice belge a levé le mandat d’arrêt de Maria Colleoni et Silvia Panzeri, respectivement l’épouse et la fille de l'ancien eurodéputé italien, Pier Antonio Panzeri, impliqué dans le scandale de corruption qui a secoué le Parlement européen, marquant ainsi la fin de leur assignation à résidence en Italie, rapporte l'Associated Press.


La Belgique avait signifié à l’Italie, vendredi dernier, qu’elle renonçait à la procédure du mandat d’arrêt européen pour se voir remettre Maria Colleoni et Silvia Panzeri.


« Le mandat d’arrêt européen n’était plus nécessaire, dans la mesure où elles se sont engagées à se rendre en Belgique si la justice belge souhaite les entendre », avait déclaré une source proche du dossier.


Colleoni et sa fille se présenteront d'elles-mêmes pour répondre aux questions d'un juge en Belgique. Jusqu’à présent aucune date n'a été fixée.


Pier Antonio Panzeri, s’est engagé à collaborer avec la justice dans cette enquête au terme d’un accord conclu, le 17 janvier, avec le Parquet fédéral belge et a reconnu avoir participé « à une organisation criminelle », avait-on relaté.


Par ailleurs, comme nous le décrivions précédemment, l'enquête belge portant sur les actes de corruption présumée mentionne le Maroc à différents aspects.


Parmi les personnes pointées du doigt, la famille de Panzeri aurait ainsi bénéficié de cadeaux en provenance du Maroc, à travers l'entremise de l'actuel ambassadeur du Maroc en Pologne, Abderrahim Atmoun. Celui-ci était à l'époque président de la commission parlementaire mixte Maroc-UE, entre 2011 et 2019.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct