logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.11.2022 à 06 H 51 • Mis à jour le 08.11.2022 à 06 H 52 • Temps de lecture : 1 minutes
Par et
Migration

Drame de Melilla: l’Espagne a utilisé des fumigènes, du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc

La police espagnole a lancé 86 projectiles de gaz lacrymogène pour repousser les migrants qui tentaient de s'échapper du Maroc vers l'enclave de Melilla en juin, selon un parlementaire participant à une enquête sur les événements tragiques qui ont fait au moins 23 morts, cité par l'agence de presse Reuters.


Le Maroc et l'Espagne ont tous deux nié avoir fait un usage excessif de la force et les autorités marocaines ont déclaré à l'époque que les décès résultaient d'une bousculade et de la chute de migrants depuis une haute clôture, rapporte l'agence de presse britannique. Les groupes de défense des droits affirment toutefois que l'utilisation de gaz lacrymogènes a été l'un des éléments déclencheurs de la bousculade meurtrière, fait savoir la même source.


La députée Maria Carvalho, qui faisait partie du groupe de parlementaires qui s'est rendu sur les lieux lundi et a rencontré la force de la Guardia Civil qui garde la frontière, a tweeté qu'on leur avait remis une liste des munitions anti-émeute utilisées.


Au total, d'après les chiffres fournis par la députée, il est question de : « 270 tirs, 28 projectiles fumigènes, 86 projectiles de gaz lacrymogène, 65 balles en caoutchouc et 41 sprays (poivre) ».


Environ 2 000 migrants ont tenté de traverser la frontière, déclenchant de violentes escarmouches avec les forces de sécurité marocaines et les gardes-frontières espagnols, une centaine d'entre eux ayant réussi à passer, rappelle-t-on.


La semaine dernière, le radiodiffuseur britannique BBC a publié un documentaire selon lequel des corps sans vie ont été traînés par la police marocaine depuis une zone sous contrôle espagnol et que le ministère de l'Intérieur dissimulait des preuves cruciales de vidéosurveillance pour les enquêtes officielles. L'Espagne a nié que des décès aient eu lieu sur son territoire. 

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par et
Revenir au direct