En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.08.2021 à 20 H 15 • Mis à jour le 22.08.2021 à 20 H 15
Par
Maroc-Espagne

Karima Benyaich de retour à Madrid dans les prochains jours

L’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, rappelée à Rabat pour des consultations le 18 mai, sera de retour à Madrid dans les prochains jours, selon des sources diplomatiques consultées par le quotidien El Pais, mettant un terme à la crise des relations bilatérales qui s’est déclenchée après l’accueil sur le sol ibère du leader du Front Polisario, Brahim Ghali.


Bien que la date du retour n’ait pas été annoncée, les sources consultées la considèrent imminente, après que le roi Mohammed VI a exprimé vendredi dernier sa volonté d’  « inaugurer une étape inédite » dans les relations entre les deux pays, fondée sur « la confiance, la transparence, la considération mutuelle et le respect des engagements ». Le président Pedro Sánchez a répondu au discours du roi en saluant cette « belle opportunité de redéfinir les relations [bilatérales] et les piliers sur lesquels elles reposent ».


Felipe VI a félicité Mohamed VI ce samedi, en son nom et celui de la reine Letizia, à l’occasion de ses 58 ans, dans un message diffusé par l’agence MAP, le même que celui qu’il a adressé le 31 juillet à l’occasion du 22 anniversaire de son accession au Trône, dans ce qui constitue des gestes amicaux entre deux maisons royales qui entretiennent une relation de proximité historique.


L’une des premières tâches de la diplomate après son retour à Madrid sera de préparer la prochaine réunion de haut niveau (RHN) entre les deux pays, qui devait se tenir en décembre dernier et que Rabat avait suspendue unilatéralement. La RHN maroco-espagnole ne sera programmée cependant qu’après la formation du gouvernement issu des législatives du 8 septembre.


Les retrouvailles entre les deux pays marquent le début d’une voie dans laquelle les responsables espagnols devront chercher des solutions aux différends bilatéraux encore ouverts. Parmi eux, la fermeture des frontières terrestres de Sebta (Ceuta) et Melilla, depuis mars 2020, avec l’asphyxie économique qui en résulte pour les enclaves espagnoles, la suspension du trafic de passagers à travers le détroit, le retour des migrants irréguliers arrivés en Espagne, etc. Sur ce dernier point, le récent rapatriement de mineurs de Sebta arrêté par la justice en raison de sa légalité douteuse, représente, pour Madrid, un geste de bonne volonté de la part de Rabat.


Cependant, il n’est pas clair si une révision de la position espagnole sur le dossier du Sahara sera à l’ordre du jour des négociations, fait remarquer El Pais, notant que cette question est à l’origine de la dernière crise bilatérale hispano-marocaine, la pire depuis celle de l’îlot Leila (Peregil) en 2002.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct