En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.01.2017 à 21 H 28 • Mis à jour le 02.01.2017 à 21 H 40
Par

Le témoignage d’une rescapée marocaine de la tuerie d’Istanbul (vidéo)

Sofia Nasslahcen, jeune pharmacienne de Casablanca, a été témoin de l’horreur de l’attaque de la discothèque Reina à Istanbul. Miraculée, elle raconte, face caméra sur sa page Facebook, les détails de l’assaut tels qu’elle les a vécus, affirmant que l’attentat a été perpétré par plusieurs terroristes, dont une femme vêtue d’une combinaison noir, et non d’un seul, comme l’avancent jusqu’à présent les autorités turques. Elle assure aussi que les secours ont mis une heure trente à arriver sur les lieux et qu’ils ont notamment hésité à pénétrer à l’intérieur de la boite de nuit, craignant que les assaillants, munis de fusils d’assaut de type Kalachnikov et de bombes lacrymogènes, ait miné l’endroit d’explosifs. Sofia raconte comment les terroristes ont continué de cribler les corps des victimes entassés à même le sol, les blessures d’une de ses amies, la fuite des rescapés par la terrasse de l’établissement, –  certains se sont jetés dans les eaux du Bosphore -. Son récit décrit aussi les dix heures passées dans les locaux de la police, le traitement qu’elle juge dégradant des forces de l’ordre à l’encontre des ressortissants étrangers ayant été contraints de patienter sans assistance et dans des conditions déplorables que des traducteurs aient pu enfin prendre leurs dépositions.

– 

DISCLAIMER : Alors que la vidéo avait été visionnée par un nombre impressionnant de personnes, Sofia Nasslahcen, visiblement sous pression, a décidé de la supprimer de sa page Facebook ainsi que tous ces messages relatifs à sa présence en Turquie.

– 

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct