logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
12.05.2022 à 11 H 51 • Mis à jour le 12.05.2022 à 11 H 51
Par
Energie

L’Espagnol Cepsa envisage la construction d’un hydroduc pour importer de l’hydrogène vert du Maroc

Décidément le Maroc est sur tous les radars des énergéticiens européens dans leur quête d’énergies renouvelables, comme on l’a vu avec le mégaprojet Xlinks de câble électrique alimentant le Royaume-Uni ou la liste qui s’allonge jour après jour des prétendants à la production d’hydrogène vert à partir de l’éolien et du solaire.


Dernier en date : le P-DG de la compagnie espagnole d’hydrocarbures Cepsa (qui étend par ailleurs son réseau de distribution dans le nord marocain), Maarten Wetselaar qui a laissé entendre lors d’une rencontre avec la presse madrilène que ses équipes planchaient sur l’éventualité de la construction d'un hydroduc qui permettra à terme d'importer de l'hydrogène vert produit au Maroc, et ce pour alimenter la raffinerie de San Roque située dans la région de Cadix, en Andalousie.


Wetselaar a par ailleurs expliqué que la stratégie de la compagnie pétrolière ibérique est désormais d’augmenter l'exportation de produits traditionnels (carburants) vers l'Afrique et de faire valoir les produits les plus durables d’Europe. Le dirigeant de Repsol se dit convaincu que les prix de l'électricité en Espagne seront beaucoup plus bas à l'avenir ce qui induira une recherche plus accrue de la compétitivité de l'hydrogène vert dont les coûts de production demeurent encore trop élevés à l’heure actuelle.


Pour cette raison, il estime qu’un soutien réglementaire doit être négocié avec les autorités de que son pays afin d'accélérer le développement de cette technologie. Il assure pour cela que l’industrie « n’a pas 20 ans comme dans le cas de l'énergie solaire ou éolienne ». Dans le cas du secteur maritime, le patron de Cepsa a expliqué qu'ils allaient parier sur l'ammoniac et a ajouté qu'ils cherchaient des alliances pour se développer dans ce domaine. 


Plusieurs experts affirment aujourd'hui que le marché de l'hydrogène va modifier la géographie du commerce de l'énergie et régionaliser l'énergétique. Rappelons qu'un rapport de l'IRENA a estimé que l'hydrogène représentera 12 % du commerce mondial de l'énergie d'ici 2050. Parmi les pays dans les starting-blocks, le Maroc est souvent cité en pole position, notamment pour les grandes potentialités de son sud, notamment la région venteuse et ensoleillée de Guelmim Oued Noun où les opérateurs internationaux se bousculent déjà au portillon.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct