En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.01.2017 à 12 H 42 • Mis à jour le 19.01.2017 à 12 H 42
Par

Polémique sur la philo: Rachid Belmokhtar obtient le soutien de Benkirane

Le Chef du Gouvernement, Abdelilah Benkirane a rendu public un communiqué « destiné à éclairer l’opinion publique nationale et internationale au sujet du débat suscité par le contenu d’un manuel d’éducation islamique portant sur la philosophie (…) Les nouveaux manuels d’éducation islamique, élaborés conformément aux Hautes instructions Royales, sont le fruit d’un travail collectif d’une équipe de pédagogues et de membres du Conseil supérieur des Ouléma », affirme le Chef du Gouvernement. Pour rappel, un texte datant du 13ème siècle utilisé pour l’enseignement religieux des élèves de première désignant la philosophie comme « l’essence de la dégénérescence » avait donné lieu à une vive polémique auprès du corps professoral et de la société civile. Pour éteindre l’incendie, le ministère avait évoqué un malentendu et justifié l’insertion de la citation dans les manuels scolaires par « un scénario pédagogique encadré ». Martelant le même argumentaire mot pour mot, Abdelilah Benkirane a affirmé  que « la réforme de l’enseignement est supervisée par le Conseil supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche scientifique, selon une approche nationale consensuelle irréversible, à laquelle adhèrent l’ensemble des instances et institutions concernées (enseignants, instituteurs, élèves, parents et tuteurs d’élèves, syndicats, etc.), fondée sur la modification des curricula et cursus d’enseignement  l’objectif étant d’améliorer et de perfectionner le système éducatif national ». « La révision des manuels scolaires a concerné environ 29 manuels, alors que le débat a porté sur un seul uniquement, à cause d’une phrase faisant référence à la Philosophie, sachant que ce passage a été introduit dans le but de démontrer la pensée extrémiste de son auteur en vue de la débattre », indique le communiqué de Benkirane affirmant que « l’objectif n’a été en aucun cas de porter atteinte à la pensée philosophique ».

Par
Revenir au direct