En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.07.2021 à 19 H 35 • Mis à jour le 19.07.2021 à 21 H 19
Par
Surveillance

Projet Pegasus: de nouveaux noms de journalistes révélés pour le Maroc

De nouveaux noms de journalistes ont été dévoilés ce 19 juillet par Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCPR), dans le cadre Projet Pegasus. OCCPR est un regroupement de journalistes d’enquête et de centres d’enquête fondé en 2006. Les membres de l’OCCRP enquêtent sur différentes zones géographiques et sur différentes thématiques.


Pour rappel, le Maroc est accusé d’avoir utilisé le logiciel de la firme israélienne NSO pour cibler des journalistes marocains mais aussi internationaux, avec en plus des avocats et membres de la société. Dans un communiqué publié par le gouvernement, le Maroc a réfuté les accusations et a demandé de fournir « des preuves scientifiques ».


« Les noms ci-dessous sont un petit échantillon des numéros marocains sélectionnés pour le ciblage. Apparaître sur la liste n’indique pas que cette personne a été définitivement piratée, mais au minimum, cela suggère qu’elle présentait un intérêt pour le client du groupe NSO – selon toute vraisemblance, le gouvernement marocain », précise OCCPR, soulignant que « plus de 10 000 numéros de téléphone marocains figuraient sur la liste Pegasus divulguée, indiquant qu’ils étaient des cibles potentielles du logiciel ».


Sur son site internet, OCCPR publie une liste de noms de personnes ciblées au Maroc : Il s’agit, pour les journalistes marocains, de Taoufik Bouachrine et Soulaiman Raissouni (Akhbar Al Yaoum), Ali Amar (co-fondateur Le Desk), Aboubakr Jamaï (ex-co-fondateur Le Journal, universitaire), Omar Brouksy (ancien correspondant de l’AFP), Jalal Al Makhfi (ancien correspondant de l’AFP), Maria Moukrim (directrice de Febrayer.com) Ahmed Najim ( directeur de Goud), Hamid Mahdaoui (directeur de Badil.info), Reda Zaireg (journaliste indépendant). Un autre journaliste marocain a préféré garder son anonymat. Il est à noter que pour Ali Amar, directeur de publication du Desk, celui-ci avait déjà annoncé, en octobre 2019, être la cible du logiciel Pegasus.


Pour les Français, on retrouve Edwy Plenel, co-fondateur de Mediapart, une journaliste du même média Lénaïg Bredoux mais aussi la journaliste de l’Humanité Rosa Moussaoui. On cite également Dominique Simonnot, ex-journaliste du Canard Enchaîné, un polémiste français dont OCCPR ne dévoile pas l’identité et qu’on sait être Eric Zemmour, l’avocat Joseph Breham, Claude Mangin, proche du détenu Sahraoui Naâma Asfari. Auteur d’ouvrages sur le Maroc et également ancien chef du bureaude l’AFP à Rabat, Ignace Dalle est aussi visé.


Toujours pour ce qui est des journalistes, le cas de Thomas Savage est également compris de la liste. Journaliste en France, il avait travaillé au Maroc, chez TelQuel. Même chose pour le Néerlandais Koen Greve, ayant été expulsé en juillet 2018, en marge du Hirak rifain.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct