S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.11.2023 à 10 H 46 • Mis à jour le 23.11.2023 à 10 H 46 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Commerce

Royaume-Uni: vers une baisse des droits d’importation sur les fruits et légumes marocains

Les droits d’importation imposés aux exportations marocaines des fruits et légumes destinées au Royaume-Uni pourraient bientôt baisser en 2024. Le gouvernement britannique examine actuellement « la possibilité d'accorder davantage de libéralisation aux produits agricoles », a fait savoir Greg Mains, ministre d'État au Commerce du Royaume-Uni dans une réponse à une question écrite au parlement.


Selon la même source, une révision des tous les tarifs agricoles et de la pêche a été lancée depuis le 16 novembre, tel que prévu par l’accord d’association Royaume-Uni-Maroc. Cet accord, précise le ministre, « exige que les deux parties entreprennent un réexamen de tous les tarifs agricoles et de la pêche dans les trois ans suivant son entrée en vigueur en 2021 ».


Ainsi, une fois le réexamen au titre de l’année 2024 finalisé, les deux parties pourraient s’accorder sur une réduction des droits d’importation sur les fruits et légumes d’origine marocaine. Par ailleurs, les restrictions imposées sur les quotas d’importation depuis le Maroc pourraient aussi être levées.


De telles mesures ne peuvent qu’encourager davantage les exportations marocaines vers le Royaume-Uni qui se tourne de plus en plus vers le royaume pour approvisionner ses marchés. Comme nous la rapportions dans plusieurs articles, depuis le Brexit, le Maroc est devenu un des principaux fournisseurs de fruits et légumes au marché britannique.


De plus, en mettant en place des mesures incitatives, le Royaume-Uni encouragerait davantage d’exportateurs marocains à rediriger leurs produits vers ce pays. Cela lui permettrait aussi de mieux assurer l’approvisionnement normal de ses marchés, réduisant les risques d’un scénario de pénurie semblable à celui vécu  l'année dernière, avec les restrictions imposées par le Maroc sur les exportations agricoles.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct