En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.06.2021 à 12 H 34 • Mis à jour le 01.06.2021 à 12 H 34
Par
Polisario

Un jet algérien a tenté de rapatrier Ghali d’Espagne avant de rebrousser chemin

Un avion officiel du gouvernement algérien a quitté tôt ce matin la base aérienne militaire de Boufarik pour l’aéroport de Logroño (qui a réouvert récemment) afin de récupérer le chef du Front Polisario, Brahim Ghali. Cependant, lorsque l’avion a atteint l’île d’Ibiza, et déjà entamé son incursion dans l’espace aérien espagnol, il a fait demi-tour et est retourné à son point de départ.


Le jet, un Gulfstream immatriculé 7T-VPM, (le même jet présidentiel qui l’avait transporté le 18 avril de Boufarik à Saragosse), a décollé d’Algérie vers 8 heures du matin pour l’aérodrome d’Agoncillo, à quelques kilomètres de Logroño où l’atterrissage de l’appareil était déjà prévu et minutieusement préparé.


Mais, vers 9h30, alors que l’avion survolait l’île de Formentera, il a effectué un virage à 180 degrés et a entamé son retour à Alger sans rallier l’Espagne, comme a pu le constater Le Desk à travers les services de navigation aérienne en ligne.


Le trajet avorté du jet algérien destiné à rapatrier Ghali en Algérie. Le Desk


Des sources espagnoles assurent que la raison du vol était de récupérer Ghali, qui a été admis dans un hôpital de Logroño depuis le 18 avril dernier pour cause de contamination au Covid-19.


Selon nos informations, alors que le vol spécial affrété par l’Algérie a été avorté, Ghali témoignait par vidéoconférence depuis sa chambre d’hôpital à Logroño. Il a durant son audition, nié toutes les accusations qui pèse sur lui et pourra quitter librement l’Espagne, aucune décision de privation de liberté ou de retrait de passeport n’ont été décidés à son encontre.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct