En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.04.2021 à 11 H 40 • Mis à jour le 13.04.2021 à 12 H 44
Par
Patrimoine

Casablanca: À la place de la Villa Mauvillier, un hôtel de luxe Marriott

On sait maintenant ce qui sera construit sur le terrain de l’ex-Villa Mauvillier, démolie mi-juin 2020 et qui était située au croisement des Boulevards Zerktouni et Anfa. Il s’agit d’après le panneau de chantier érigé sur place et consulté par Le Desk, d’un hôtel de luxe Marriott.


Il s’agit d’un partenariat entre le leader mondial de l’hôtellerie Marriott International et Tower Seven Art, pour l’ouverture d’un établissement sous le nom de « Hôtel Le Fabergé Autograph Collection Casablanca »D’après un communiqué de Tower Seven Art publié en janvier dernier, l’hôtel comprendra 104 chambres et contribuera à la création de 200 emplois en phase de construction et 150 après l’ouverture.


Le projet est porté par l’architecte casablancais Abdelaziz Hamri, tandis que le gros oeuvre a été confié à ARD Immobiliere. Le maître d’ouvrage délégué est l’agence immobilière C &  F. Il sera question d’un hôtel de 14 étages, composé d’un rez-de-chaussée et de trois sous-sols, peut-on lire sur le panneau descriptif.


Pour rappel, la démolition en juin dernier de la Villa Mauvillier avait suscité la polémique. Dans un premier temps, une levée de boucliers des amateurs du patrimoine casablancais, critiquant l’atteinte à un bâtiment art-déco et situé dans un emplacement stratégique du quartier huppé de Gauthier. Dans un second temps, le gotha casablancais avait été surpris de la publication d’un communiqué du ministère de l’Intérieur, où on annonçait l’éviction du gouverneur de l’arrondissement Casa-Anfa, « en raison de sa mauvaise gestion du dossier de préservation du patrimoine historique et architectural de la métropole », soulignait-on.


Cependant, d’autres voix s’étaient levées pour souligner que son limogeage coïncidait avec des mesures spectaculaires prises contre des établissements de la restauration, associés à « un lobby d’Ain Diab » et qui ne respectaient pas les mesures sanitaires. Plus tard, le site d’information Goud.ma révélait, documents à l’appui, que la démolition de la Villa Mauvillier avait été plutôt une décision entérinée par le wali de Casablanca-Settat, Said Ahmidouch.




Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu