En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.10.2019 à 13 H 49 • Mis à jour le 06.10.2019 à 13 H 57
Par
Géopolitique

Le Raja en Cisjordanie, un coup de pouce à la question palestinienne ?

Le match de jeudi entre le Raja Casablanca et le club palestinien Hilal al-Quds marque un tournant dans l'attitude des pays arabes sur les matchs en territoires palestiniens, écrit Times Of Israel

Une première équipe de football provenant du Maroc a disputé jeudi soir un match en Cisjordanie qui attendent aussi ce mois-ci la sélection nationale d’Arabie saoudite.


Un total de 28 supporteurs du club marocain, le Raja Casablanca, ont toutefois été bloqués à l’entrée de la Cisjordanie par « les forces d’occupation israéliennes », a annoncé l’ambassade du Maroc en Jordanie, citée par l’agence de presse marocaine MAP.


Les clubs et les sélections des pays arabes refusent généralement de disputer des rencontres en Cisjordanie, car cela implique de demander au préalable une autorisation à Israël.


Mais au cours des dernières années, des clubs et des sélections d’Irak, de Jordanie, de Bahreïn et des Emirats arabes unis ont fait une entorse à cette règle implicite, contrairement à l’Egypte et au Liban qui refusent toujours de laisser leurs équipes y disputer des matchs.


Le club marocain connu pour la ferveur de ses supporteurs a remporté par 2 buts à 0 son match retour contre le club palestinien Hilal al-Quds, en seizième de finale de la Coupe arabe des clubs, après un match aller remporté par les Marocains sur le score de 1-0 au cours duquel les supporteurs marocains avaient agité des drapeaux palestiniens et chanté en soutien à la cause palestinienne.


Mais jeudi soir, ce n’était pas tant l’issue du match que son lieu qui compte : au stade d’al-Ram, ville située près de Jérusalem, mais en Cisjordanie.


« Nous considérons que nous sommes les vainqueurs en raison de la présence sur place du Raja Casablanca », a déclaré avant la rencontre le directeur sportif du club Hilal al-Quds, Badr Makki, en soulignant la grande histoire de leurs rivaux marocains.


« Ce match en est un d’histoire et de géographie car (…) nous prouvons au monde que la Palestine existe », a analysé M. Makki, « mais cela ne nous empêche pas de vouloir gagner ».


Lors d’une conférence de presse mercredi soir, l’entraîneur du club marocain, Patrice Carteron, s’était dit heureux « de représenter le Maroc en Palestine ».


« Le Raja marque l’histoire en étant le premier club nord-africain à poser les pieds sur les terres saintes de la Palestine. Les Palestiniens ont été très fiers de cette visite et ont réservé par conséquent un accueil grandiose à la délégation du Raja à Al-Quds charif ! », avait renchéri la page Facebook des supporteurs du Raja.


Après ce match, la Fédération palestinienne de football attend la venue de la sélection saoudienne le 13 octobre pour un match de qualification de la Coupe du monde, deux jours plus tard, a indiqué jeudi son président, Jibril Rajoub.


« Ceux qui ne veulent pas voir les Arabes entrer et jouer en Palestine, sont Israël et les Frères musulmans », a-t-il accusé.


Selon Uri Levy, directeur du site spécialisé sur le football au Moyen-Orient Babagol, les équipes arabes estiment de plus en plus que jouer des matches en Cisjordanie renforçait la cause palestinienne.


« Les gens comprennent de plus en plus que c’est une chose qui va aider la Palestine et renforcer la cause palestinienne », dit-il à l’AFP.


L’équipe nationale de football de l’Arabie Saoudite affrontera l’équipe palestinienne le 15 octobre prochain en Cisjordanie, a annoncé vendredi l’Autorité générale du sport, la plus haute autorité sportive du royaume.


Le match, qui doit se tenir à Ramallah, constituerait un changement de politique de la part de l’Etat du Golfe, qui a joué par le passé ses précédents matchs contre les Palestiniens dans des pays tiers.


« A la demande des frères de la fédération de la Palestine, la fédération saoudienne de football a accepté de jouer le premier match de l’équipe pour les éliminatoires pour la zone Asie de la Coupe du monde 2022 contre la Palestine (…) le 15 octobre (…) à Ramallah », a écrit l’Autorité générale du sport sur Twitter.


La décision a pour but de s’assurer que l’équipe palestinienne ne soit pas « privée de la possibilité de jouer à domicile devant ses supporters, comme les autres pays », a-t-elle écrit.


Il y a quatre ans, un match similaire entre les deux équipes s’était tenu en Jordanie à la demande expresse de Ryad qui ne souhaitait pas que son équipe se rende en Cisjordanie.


Le match, qui se jouera au stade Al-Ram – ville située près de Jérusalem, – et qui est reconnu par la FIFA, ne violerait pas les tentatives de boycott, a-t-il déclaré.


L’Arabie saoudite ne reconnaît pas officiellement Israël et a régulièrement apporté son soutien aux Palestiniens. Mais il est largement admis que les deux pays ont noué dans le secret des liens au sujet de l’Iran, leur ennemi commun.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu