Newsroom
Le meilleur de l’actualité au fil des événements

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
31.01.2017 à 14 H 40 • Mis à jour le 01.02.2017 à 18 H 18
Par
Diplomatie royale

Mohammed VI reprend sa tournée africaine au Soudan du Sud

Un nationaliste sud-soudanais célébrant l’indépendance de son pays en 2011. REUTERS
Selon des sources concordantes, le roi Mohammed VI se rendra dès demain à Juba, capitale du Soudan du Sud pour une visite officielle de trois jours pressentie depuis déjà plusieurs semaines. Deux autres étapes devraient suivre: la Zambie et le Ghana

(Update) L’arrivée de Mohammed VI à Juba le 1er février 2017


Selon des sources concordantes, le roi Mohammed VI se rendra dès demain à Juba, capitale du Soudan du Sud pour une visite officielle de trois jours pressentie depuis déjà plusieurs semaines.


Pour cette visite inédite dans le plus jeune pays africain qui a acquis son indépendance en 2011 après une longue guerre de sécession avec le pouvoir de Khartoum, le roi devrait rencontrer le président Salva Kiir ainsi que plusieurs officiels.


Le Soudan du Sud a soutenu le retour du Maroc à l’Union africaine et refusé pendant la tenue du sommet d’Addis Abeba de se liguer avec les 10 pays menés par l’Algérie et l’Afrique du Sud qui avaient tenté de faire valoir un avis juridique de nature à retarder l’intégration du royaume dès ce sommet. Un tir de barrage destiné à empêcher que le roi, présent dans la capitale éthiopienne, de prononcer son discours à l’adresse des délégations africaines.


Plusieurs accords, notamment dans le domaine de la coopération sont annoncés par Juba, notamment une aide d’assistance médicale pour ce pays à majorité chrétienne, classé parmi les moins avancés au monde et toujours en proie à des tensions d’ordre éthnique, mais aussi autour du contrôle de quelques gisements de pétrole frontaliers avec le Soudan.


Une première aide humanitaire

Le 22 janvier, date de la visite royale qui avait été reportée après le 28ème sommet de l’Union africaine, Mohammed VI, avait donné ses instructions pour le déploiement à Juba, « d’un hôpital de campagne multi-spécialités de niveau II, dans le cadre d’une mission humanitaire au profit des populations de la République du Soudan du Sud, et ce à partir du lundi 23 janvier 2017 », avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération « en perspective d’une prochaine visite » royale dont la date n’a pas été précisée. « Cet hôpital de campagne multi-spécialités est d’une capacité de 30 lits extensibles à 60. Il comprend 20 médecins spécialistes, 18 infirmiers et réalisera des prestations médicales dans différentes spécialités dont la pédiatrie, la médecine interne, la chirurgie, la cardiologie, la traumatologie, la médecine dentaire, l’ophtalmologie et la médecine ORL. L’hôpital disposera aussi d’un laboratoire d’analyses médicales et d’une pharmacie dotée de lots de médicaments variés », avait souligné le communiqué.


Depuis l’indépendance du Soudan en 1956, deux guerres civiles ont éclaté entre le Nord, à majorité musulmane, et le Sud, à majorité chrétienne. Le Maroc a toujours soutenu ce qu’il appelait l’intégrité territoriale du pays. En retour Khartoum a toujours appuyé Rabat sur la question du Sahara. En 2009, le Parlement soudanais a approuvé le référendum qui sera organisé deux ans plus tard. En 2011, un nouvel Etat est né : le Sud Soudan (ou Soudan du Sud). Les relations entre le nord et le sud ne se sont pas pourtant apaisées. Ce n’est qu’en janvier dernier que le président soudanais a ordonné la réouverture de la frontière. Elle était contestée avec le sud. Une tension qui avait alors dégénéré en conflit armé en 2012.


Le président soudanais Omar El Béchir, pourtant sous le coup d’un mandat de la Cour pénale internationale (CPI) avait été reçu avec les honneurs à Marrakech pour la conférence de la COP22.


La visite royale annoncée par Juba n’a pas encore été confirmée par les autorités marocaines. Celle-ci devrait se poursuivre en Zambie et au Ghana.