S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.08.2016 à 23 H 34 • Mis à jour le 24.08.2016 à 23 H 34 • Temps de lecture : 2 minutes
Par

n°60.L’exoplanète Proxima b, une cible de choix pour découvrir la vie ailleurs que sur la Terre ?

Des scientifiques ont découvert une planète orbitant autour de Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche du Soleil. Rocheuse, d'une taille comparable à celle de la Terre, elle est située dans la zone habitable, là où l'eau liquide peut exister en surface... Et pourquoi pas la vie ?

Des scientifiques ont annoncé qu'une planète rocheuse de dimension semblable à la Terre gravite autour de l'étoile la plus proche en dehors du système solaire, Proxima du Centaure. Cette planète est dans une zone qui rend possible la présence d'eau liquide. La découverte fait l'objet d'un important article dans le magazine Nature.



« Sur les milliers d'exoplanètes confirmées, seules quelques dizaines sont, comme Proxima b, dans une zone habitable, c'est-à-dire la zone autour de l'étoile où une planète a une température compatible avec la présence d'eau à l'état liquide », explique Jean Schneider, astrophysicien CNRS à l'Observatoire de Paris, en entrevue à l'AFP.


L'exoplanète est plus proche de son soleil, que Mercure du nôtre. Néanmoins, Proxima du Centaure est une naine rouge et donc moins brillante que le Soleil. C'est la raison pour laquelle Proxima b occupe une zone habitable autour de son étoile, et que la température à sa surface permet d'envisager la présence d'eau liquide.



Proxima b est située à quatre années-lumière du système solaire, soit 40 billions de kilomètres. Une sonde utilisant la technologie actuelle prendrait des milliers d'années pour y parvenir. Les scientifiques ajoutent que cette exoplanète constituera une cible de choix pour tenter de trouver de la vie ailleurs dans l'Univers.



Les scientifiques ignorent en effet si cette nouvelle exoplanète possède une atmosphère. Un point crucial pour savoir si elle est habitable ou non. « L’activité magnétique de son étoile (ndlr : Proxima Centauri), plus forte que celle de notre soleil, risque d’avoir érodé l’atmosphère autour de Proxima b », explique à Direct Matin Julien Morin maître de conférence en astrophysique à l’Université de Montpellier, et coauteur de l’article annonçant la découverte de Proxima b.



L’instabilité de Proxima Centauri pourrait en effet être un sérieux obstacle. L’étoile est connue pour entrer régulièrement en éruption. Conséquence directe : Proxima b subit en permanence un flux de rayons ultraviolets et de rayons X susceptibles d'avoir rendu stérile sa surface. L’hypothèse la moins optimiste n’écarte pas non plus l’éventualité que le vent solaire de Proxima Centauri puisse avoir soufflé l’atmosphère de Proxima b. D'où le pessimisme affiché par Julien Morin.


Enfin, à l’inverse de la Terre, Proxima b ne montrerait, selon les premières constatations établies, qu’une seule face à son étoile Proxima Centauri. En clair, un côté de l’exoplanète récemment découverte serait donc en permanence plongé dans la nuit la plus complète, sauf si Proxima b parvient à redistribuer l'important flux lumineux émis par son étoile. Ce qu'ignorent parfaitement les scientifiques à l'heure actuelle.


Avec Agences

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite